-- -- -- / -- -- --
Nationale

Limogeage en série de cadres de l’Etat par Bouteflika: A qui le tour ?

Limogeage en série de cadres de l’Etat par Bouteflika: A qui le tour ?

La série des limogeages de hauts responsables, suite à des décisions prises par le Président Bouteflika, est en train de s’élargir. En 2014, pas moins d’une trentaine ont été remerciés, après des années de responsabilité.

Le directeur général d’Algérie Poste, Laïd Mahloul, a été limogé par le président Abdelaziz Bouteflika. Il a été remplacé par Khaled Hamouche, membre de l’Autorité de régulation de la poste et des télécommunications (ARPT). A son tour, Cheikh Barbara de la direction de l’Office du hadj et de la Omra a été également remercié.

Ces deux nouveaux limogeages interviennent au lendemain des départs forcés de nombreux responsables, de militaires haut gradés ainsi que de responsables à la Présidence. On se souvient du colonel Mkedem qui travaillait à la Présidence, et avant lui le colonel Fouzi, limogés tous les deux par le Président Bouteflika après des années de service. Cette série de remerciements entre, selon plusieurs experts, dans le cadre d’une grande opération de nettoyage menée par le Président.

Prenons le cas de Mahloul, en poste depuis juin 2011. Son départ serait lié aux crises fréquentes de liquidités chez Algérie Poste ainsi qu’aux conflits sociaux qui secouent cette entreprise depuis plusieurs mois.

Pour ce qui est du départ de Cheikh Barbara, selon des sources proches de l’Office du hadj, il serait lié à sa gestion catastrophique de la campagne du hadj 2014.

Donc, le Président Bouteflika est en train de « punir » tout responsable n’ayant pas accompli sa mission convenablement. Le message du Président est clair et net, celui qui n’assume pas ses responsabilités sera sanctionné par son limogeage.

Du coup, on ressent déjà que plusieurs responsables, notamment de certaines entités vivant des perturbations, ont la peur au ventre. Certains secteurs, à l’image de ceux relevant du ministère de l’Enseignement supérieur ou de celui de l’Education nationale, pourraient être touchés par cette série de limogeages, en raison notamment des grèves et des contestations des lycéens et des étudiants qui se répètent ces derniers jours.

Les étudiants réclament leurs diplômes LMD (licence-master-doctorat) tout en accusant le ministère de l’Enseignement supérieur de mauvais gestionnaire. En face, le Président Bouteflika suit de près l’évolution de la situation de chaque ministère et de chaque secteur du pays.

Il ne fait pas de cadeau pour les mauvais gestionnaires qui pourraient mener le bateau Algérie à des crises. Il est important de rappeler que, depuis le début de l’année en cours, pas moins de 30 responsables et gradés de l’armée ont été limogés par Bouteflika, alors que la liste risque de s’allonger au fil des mois qui viennent. Elle pourrait l’être car beaucoup de cas de mauvaise gestion sont signalés dans différents secteurs du pays. Alors à qui le tour ?

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email