-- -- -- / -- -- --
Sports

Ligue 1 Mobilis 2015-2016 : C’est reparti !

Ligue 1 Mobilis 2015-2016 : C’est reparti !

Après plus d’un mois de repos, toutes les équipes de Ligue 1, outre l’ESS, l’USMA, le MCEE et l’USMH dont la reprise a été entamée il y a de cela 15 jours, reprennent les entraînements dans le cadre de la préparation d’intersaison bien que l’opération recrutement n’ait pas encore été close. Des pratiques devenues monnaie courante dans notre championnat professionnel.

Comme chaque avant-saison, les formations de l’élite entament leur préparation en Algérie pour ensuite programmer des stages hors du territoire vers des destinations diverses, dont la Tunisie qui reste le lieu de prédilection de nombreux clubs algériens.

L’ESS, l’USMA et le MCEE : préparation conjecturée

Engagés dans la Champions League africaine, dont le coup d’envoi de la phase des poules a été donné le 26 juin, les trois représentants en lice, à savoir le tenant du titre l’ESS, l’USMA et le MCEE, ont repris le chemin des entraînements plus tôt que prévu dans le souci d’être fin prêts pour la prestigieuse compétition continentale. L’Entente de Sétif à débuté sa préparation dans le nouveau centre implanté dans la capitale des Hauts Plateaux.

Par contre, les gars de Soustara, après une reprise au stade Omar-Hamadi, ont rallié le royaume chérifien pour peaufiner leur préparation pour un stage d’une semaine puisque l’équipe a bénéficié de meilleures conditions de travail, ce qui a d’ailleurs porté ses fruits avec une victoire sur l’Aigle Noir lors de la première journée des poules. En revanche, le Babya, qui a accusé un léger retard par rapport à ses pairs, a effectué sa préparation en vue de son match contre El-Merreikh au Caire (en Egypte) mais aussi pour la prochaine saison ; un stage imposé par les aléas du challenge africain.

L’USMH ne déroge pas à la règle

Parmi les clubs de l’élite, seule l’USMH s’accroche à sa politique de raison dictée par le peu de moyens financiers. Et rien qu’à voir le recrutement qui touche des joueurs du palier inférieur et la programmation de stages en Algérie, cela explique le dicton qui dit : « Travailler selon les moyens de sa politique. » Il est vrai que les Harrachis ne recrutent pas les grosses pointures mais arrivent quand même à faire sensation et à bousculer la hiérarchie. 

De plus, la formation d’Essafra, drivée par le technicien avéré Boualem Charef, entame toujours sa préparation d’intersaison avant tous les clubs, tout en effectuant les stages sur le territoire national.

Aïn Draham, Hammam Bourguiba : destinations privilégiées
Tous les clubs en majorité choisissent les deux sites situés en terre tunisienne, à savoir Aïn Draham et Hammam Bourguiba, devenus leur lieu de prédilection pour effectuer leur stage de préparation. En effet, deux clubs de la Kabylie se trouvent déjà sur place.

Il s’agit du MOB qui, sous la conduite du nouvel entraîneur Geiger, est soumis à une charge de travail intense. Il n’en demeure pas moins que les Crabes se sont déplacés sans quelques cadres de l’équipe, à l’image de Yaya, Hamzaoui, Mâamar Youcef et Sidibé. 5 jours après, ce fut au tour de la JSK de poser le pied sur le sol tunisien, en direction du complexe Hammam Bourguiba, pour entamer sa préparation d’intersaison de deux semaines, qui sera dirigée par l’entraîneur Karouf, secondé par Lamine Kébir, l’ancien adjoint de Sâadane.

Les Canaris du Djurdjura avait prévu la reprise des entraînements au stade du 1er-Novembre de Tizi Ouzou, mais vu que la protestation de la rue demandant le départ du président Hannachi s’amplifie, les responsables ont jugé utile d’entamer les entraînements par un stage en Tunisie. Il n’est pas à écarter que d’autres formations débarqueront les jours prochains dans le pays voisin qui, pourtant, connaît une instabilité sur le plan sécuritaire. Il y a lieu aussi de préciser que le problème de sparring-partner sera posé, comme à l’accoutumé, et que les clubs algériens se donneront la réplique pour palier ce déficit.

Ifrane et outre-mer : autres destinations

Rares sont les pensionnaires de l’élite qui prennent des directions opposées, à l’image du MCA qui programme ses stages dans le Vieux Continent. Il semble que pour cette intersaison, les responsables du Doyen ont opté pour la Pologne, après des tergiversations sur le lieu de la préparation puisque le Portugal, l’Espagne et la France ont été cités dans les milieux des Vert et Rouge de la capitale. De son côté, le CRB, après son expérience de la saison écoulée lorsque le club cher à Lâaquiba a effectué son stage dans le royaume chérifien, précisément à Ifrane, semble tenté par une autre expérience dans ce même complexe, tout en essayant d’améliorer les conditions de travail.

En outre, le coach français Alain Michel reproche aux dirigeants d’avoir laisser les organisateurs la latitude de programmer des joutes amicales contre des équipes de second rang. Il exhorte les dirigeants de prendre les choses en main afin de lui dénicher des sparring-partners de haut niveau dans le souci de bien évaluer la progression de ses joueurs et de son groupe. Aux dernières nouvelles, ces dirigeants semblent irrités par cette sortie de l’entraîneur en chef, ce qui pourrait envenimer leurs relations.

Dans ce même registre, la polémique sur la date de la reprise des entraînements pourrait envenimer les relations entre le boss du MCO et son entraîneur, le Français Jean-Michel Cavalli. Le président souhaitait une reprise pour le 1er juillet alors que l’ex-coach national avance la date du 13 et pense que le temps est largement suffisant pour effectuer une bonne préparation. D’ailleurs, les Hamraoua seront les seuls à entamer la préparation tardivement et leur stage est prévu à Barcelone.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email