-- -- -- / -- -- --
Nationale

L’identité des auteurs dévoilée par Aqmi

L’identité des auteurs dévoilée par Aqmi

Al Qaida au Maghreb Islamique (Aqmi) a dévoilé hier l’identité des auteurs du lâche attentat terroriste contre une station balnéaire au Côte d’Ivoire, dont le bilan s’élève à 16 morts dont quatre touristes français.

Al-Qaïda au Maghreb Islamique (AQMI) a révélé, dans un communiqué publié par le journal mauritanien Al akhbar, les noms des trois extrémistes auteurs des attaques de Grand Bassam, une station balnéaire à une quarantaine de kilomètres à l’est d’’Abidjan, la capitale ivoirienne.

Il s’agit, est-il écrit dans le communiqué, de Hamza El-Foulani, Abderrahmane El-Foulani et d’Abderrahmane El-Ansari, « qui ont respecté les consignes de leur hiérarchie dans l’identification de leurs cibles », explique AQMI qui parle d’attaques « étudiées et planifiées après l’identification des cibles et la collecte d’informations y relatives ».

AQMI ne précise pas les nationalités des trois auteurs de ces attaques. Parmi les victimes se trouvent trois éléments des services de sécurité.

Dans la terminologie extrémiste, le nom « al-Ansari « désigne des terroristes autochtones. Quatre français et la directrice allemande de l’institut Goethe ont été tués dans ces attaques. L’attentat de dimanche en Côte d’Ivoire est une réponse à l’opération antiterroriste au Sahel menée par la France, a affirmé AQMI dans un communiqué publié lundi soir, menaçant de nouveau Paris et ses alliés.

Cette annonce a précédé le déplacement à Abidjan des ministres français des Affaires étrangères et de l’Intérieur, Jean-Marc Ayrault et Bernard Cazeneuve, après l’attaque contre la plage de Grand-Bassam, près d’Abidjan, dont quatre Français font partie des victimes.

L’organisation terroriste affirme, dans sa revendication, qu’elle a ciblé la France « et ses intérêts dans les pays participant aux opérations Serval et Barkhane « , d’après SITE, le centre de surveillance des sites Internet extrémistes.

Barkhane, qui a succédé en août 2014 à l’opération Serval lancée en janvier 2013, mobilise quelque 3 500 militaires dans cinq pays de la bande sahélo-saharienne : Mauritanie, Mali, Niger, Tchad et Burkina Faso, menacés par les organisations terroristes.

La Côte d’Ivoire est un allié historique de la France en Afrique de l’Ouest. Abidjan participe à la force de l’Onu déployée au Mali (Minusma) et près de 600 militaires français sont stationnés dans quatre bases dans les environs d’Abidjan.

L’organisation a déjà revendiqué les attentats de Bamako (20 morts dont 14 étrangers le 20 novembre 2015) et de Ouagadougou (20 morts le 15 janvier), qui avaient ciblé des lieux fréquentés par les étrangers. Al Qaida tente de frapper les intérêts français et de relancer les attentats dans la région. Cette organisation terroriste est hostile à l’accord d’Alger pour la paix et la réconciliation au Mali.

Ses attentats sont décidés pour empêcher le succès de cet accord. AQMI, qui faisait du Nord une sorte de base où des attentats sont préparés, ne souhaite pas la réinstauration de la paix dans cette région.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email