-- -- -- / -- -- --
Culture

« L’homme qui a vendu sa peau » : La face cachée de l’art contemporain

« L’homme qui a vendu sa peau » : La face cachée de l’art contemporain

La cinémathèque d’Alger a abrité samedi soir la projection  du long métrage « The Man Who Sold his Skin » (L’homme qui a vendu sa peau) réalisé par la tunisienne Kaouther Ben Hania. La salle archi comble a été impressionnée par cette œuvre  cinématographique mêlant drame et comédie noire, exposant de nombreuses questions à travers l’aventure d’un homme qui a choisi d’immigrer de force, et d’une manière étrange.

L’histoire du film (2021, 104 min) met en vedette l’acteur Yahya Mahayni dans le rôle de Sam Ali, qui a fui Raqqa en Syrie pour la Belgique, en passant par le Liban. Les événements débutent dans un train en 2011, lorsque Sam déclare publiquement son amour pour Abeer (Dea Liane), au nom de la liberté de la Syrie, qui connaissait à cette période ces premiers conflits. Le jeune homme se retrouve embarqué par la police, pour être jugé et emprisonné.

Un policier qui connaissait son père, l’a aidé à s’échapper. Sam doit absolument fuir le pays. Avec l’aide de sa sœur, qui l’a caché dans sa voiture, il réussi à passer les frontières et rejoindre Beyrouth. Au même temps sa bien-aimée, s’est retrouvée forcée à épouser un diplomate et quitte aussi la Syrie pour la Belgique. La réalisatrice n’a donné aucune position ou critique sur les conflits en Syrie, et a gardé la dimension humaine de l’histoire.

A Beyrouth, Sam a trouvé un travail dans une usine de volaille. De temps en temps, il allait avec un collègue dans des galeries d’art pour manger et boire gratuitement. Un jour, alors qu’il s’est introduit  dans une exposition, le plus sulfureux artiste contemporain au monde, Jeffrey Godefroi (Koen De Bouw) et son assistante Soraya (Monica Bellucci), lui font une proposition méphistophélique et étrange.

Sam voulait à tout prix rejoindre Abeer. Ce qui le pousse à accepter de vendre son dos pour qu’il y tatoue un visa de l’espace Schengen. L’artiste lui offrira en échange la possibilité de séjourner en Europe et une importante récompense financière. Le jeune réfugié devient par la suite une bête de foire, une véritable œuvre d’art vivante, exposée dans les importants musées en Belgique.

Totalement réifié, Sam subit des humiliations à répétition et sa dignité humaine est profondément mise à mal. Le film dénonce la marchandisation de l’être humain dans le cadre de la crise migratoire. Kaouther Ben Hania propose une critique croisée de la gestion actuelle du phénomène migratoire et du milieu de l’art contemporain.

Une peau à 5 millions d’euros

Le célèbre artiste a décidé d’exposer Sam à une vente aux enchères. Le prix de cette œuvre a atteint 5 millions d’euros. Le jeune désespéré a sorti un fil de ses écouteurs de téléphone, et a crié. Il voulait faire peur à ces marchands qui acceptent la vente des êtres humains. Pari réussi, les acheteurs ont tous quitté la salle. Sam a été poursuivi pour terrorisme.

Devant le juge, l’avocat de Sam essaye de l’innocenter, mais ce dernier en fait qu’à sa tête. Il avoue au juge que cet acte était volontaire. Les poursuites ont été abandonnées mais le jeune avait 8 heures pour quitter le territoire belge.

Jeffrey Godefroi a conclu un nouvel accord avec Sam. Il l’aide à rentrer chez lui à Raqqa avec Abber en échange de simuler sa mort pour obtenir l’assurance financière pour sa toile.

Le film, qui s’affirme comme un drame humaniste et social, dénonce le monde de l’art qui pousse à toujours autant d’extravagances, au mépris de toute forme d’éthique et l’hypocrisie de la communauté internationale en matière d’immigration.

L’histoire est inspirée de celle de Tim Steiner, un jeune Belge qui a vendu à l’artiste Wim Delvoye le droit de tatouer, d’exposer ponctuellement puis de récupérer la peau de son dos après sa mort.

Le long métrage produit conjointement par la Tunisie, la Belgique, la France, la Suède, la Turquie et l’Allemagne, a remporté de nombreux prix internationaux et participé à de nombreux festivals importants.

Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email