-- -- -- / -- -- --
Nationale

L’ex-maire de Constantine condamné à 5 ans de prison

L’ex-maire de Constantine condamné à 5 ans de prison

Le tribunal criminel de Mila a rendu tard ce lundi son verdict dans l’affaire dite des 32 villas. Cinq années de prison dont deux fermes ont été prononcées à l’encontre de l’ex-maire de Constantine, Seif Eddine Rihani, élu en 2012 sur la liste du FLN. Rihani fut alors le plus jeune premier magistrat de toute l’histoire de l’hôtel de ville de Constantine.

Deux employés au sein de l’Assemblée populaire communale de Constantine, également inculpés dans cette affaire, ont été condamnés chacun à cinq années de prison dont une ferme. Un promoteur immobilier et un vice-président de l’APC ont, quant à eux, été relaxés. Le scandale avait fait couler beaucoup d’encre entre 2014 et 2015 à l’orée de la manifestation culturelle, « Constantine, capitale de la « culture arabe ».

Le mis en cause était poursuivi dans une affaire de falsification de documents officiels au profit d’un promoteur, à l’effet de lui permettre de construire une trentaine de villas haut standing sur un terrain pourtant classé inconstructible par un bureau d’études, puisque situé dans une zone rouge sujette à glissement de terrain. Le pot aux roses avait été découvert puis dénoncé par un élu local en 2015. S’ensuit alors une série d’enquêtes avant que le dossier ne soit délocalisé de Constantine et pris en charge par le juge d’instruction près le tribunal de Chelghoum Laïd dans la wilaya de Mila.

Le président de l’APC de Constantine sera alors entendu par le magistrat instructeur qui ordonnera sa mise sous mandat de dépôt. Il sera libéré quelques mois plus tard. Rihani était aussi poursuivi dans d’autres affaires. Il a été acquitté la semaine dernière lors d’un autre procès dans lequel il était poursuivi pour octroi de subventions, évaluées à près de 20 milliards de centimes, à des associations culturelles, sportives et sociales dont l’une chargée de l’organisation d’un festival international qu’abrite chaque année la capitale de l’Est. Le parquet avait requis dans cette affaire 12 années de réclusion. A noter que le procureur avait requis avant-hier dans l’affaire des 32 villas la prison à vie contre tous les mis en cause et dix années de prison contre le vice-président

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email