L'Europe suffoque sous la canicule, les incendies se multiplient – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Monde Europe

L’Europe suffoque sous la canicule, les incendies se multiplient

L’Europe suffoque sous la canicule, les incendies se multiplient

La température a dépassé vendredi le seuil des 40 °C au Royaume-Uni, une première dans ce pays, en Espagne et au Portugal, et dans le reste de l’Europe occidentale par une canicule qui occasionne des feux de forêt dévastateurs, notamment en Angleterre et la Grèce.

Il s’agit du deuxième phénomène de chaleur intense en à peine un mois en Europe. Cette multiplication est une conséquence directe de la crise climatique, selon les scientifiques, les émissions de gaz à effet de serre augmentant à la fois leur intensité, leur durée et leur fréquence.

Au Royaume-Uni, la température avoisinait le seuil des 40°C, une première dans le pays. Le mercure a dépassé un niveau jamais atteint au Royaume-Uni avec 40,2 °C à 11 h 50, heure locale, à l’aéroport d’Heathrow, dans l’ouest de Londres, a annoncé l’agence météo Met Office.

Le record historique de températures – qui datait de juillet 2019 avec 38,7 degrés – avait déjà été battu dans la matinée de jeudi avec plus de 39 °C recensés au sud de Londres. Le mercure dépassait un niveau jamais atteint, avec 40,2°C à 11H50 GMT à l’aéroport d’Heathrow, dans l’ouest de Londres, a annoncé l’agence météo Met Office. Le précédent record historique de températures datait de juillet 2019 avec 38,7°C.

Une centaine de pompiers étaient aussi à l’œuvre pour combattre un incendie qui ravage un village à l’est de Londres. Le gouvernement est accusé de prendre la situation à la légère. Le Premier ministre démissionnaire Boris Johnson a en effet séché une réunion d’urgence sur la crise dimanche, préférant assister à un pot de départ, et le vice-Premier ministre Dominic Raab a conseillé aux Britanniques de « profiter du soleil ».

Des militants écologistes du groupe Extinction Rebellion ont brisé des vitres de News UK, qui édite notamment le tabloïd The Sun, pour protester contre le traitement de la canicule dans certains médias.

Ailleurs en Europe, les Pays-Bas, qui ont enregistré lundi leur jour le plus chaud de l’année avec 35,4 °C, étaient confrontés déjà à des températures de 33 degrés vers 9 h 20 GMT. Quelque 39 °C sont attendus dans l’après-midi.

La Belgique redoute des records, le thermomètre pouvant grimper par endroits jusqu’à 40 °C. Exceptionnellement, les grands musées gérés par l’État fédéral sont accessibles gratuitement aux plus de 65 ans, qui peuvent y trouver de la fraîcheur.

 En France, la canicule se déplaçait vers l’est de la France, après avoir fait tomber plus de 60 records absolus de chaleur et laissant dans son sillage des incendies dévastateurs, jusque dans des régions habituellement épargnées par ces impacts du réchauffement climatique comme la Bretagne.

En fin d’après-midi, 58 départements restaient en vigilance orange et 11 en vigilance jaune sur une grande moitié est du pays, avec des températures en hausse, entre 37 et 40°C dans l’Est, et des orages localement violents prévus dans plusieurs régions.

En Espagne, où la vague de chaleur extrême sévit depuis près de dix jours, les feux de forêt continuaient de faire rage mardi matin, notamment dans la province de Zamora [nord-ouest]. Selon les autorités régionales, près de 6000 personnes ont dû être évacuées à cause des flammes qui ont détruit plusieurs milliers d’hectares de prairies et de forêts.

Près de 1 700 pompiers venus de toute la France, appuyés par d’importants moyens aériens, sont mobilisés contre les deux brasiers qui ont brûlé 6 500 hectares de forêt à La Teste-de-Buch près d’Arcachon, et 12 800 à Landiras, à 50 kilomètres à l’est, où un homme a été placé en garde à vue, l’enquête se dirigeant vers « un acte volontairement malveillant ». En sept jours, ces deux incendies ont obligé à évacuer 37 000 personnes.

Les incendies ont également atteint des régions peu habituées, comme la Bretagne. Près de 1 400 hectares de végétation sont partis en fumée dans les Monts d’Arrée (Finistère) où 500 personnes ont été évacuées, quelques heures après les records de chaleur historiques enregistrés dans tous les départements bretons.

Le vignoble de Bourgogne, mondialement réputé, a aussi connu des frayeurs. Une dizaine d’hectares de pins ont brûlé au-dessus des vignes de Vosne-Romanée et Nuits-Saint-Georges. Le pays entier est en alerte. Massifs forestiers fermés dans les Bouches-du-Rhône, tout comme de façon exceptionnelle les routes forestières en Ile-de-France, en Normandie et dans les Hauts-de-France, où plus de 250 hectares ont brûlé depuis le 20 juin dans le seul département de l’Oise.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email