-- -- -- / -- -- --
Nationale

L’Etat décide de mettre de l’ordre

L’Etat décide de mettre de l’ordre

Il n’est plus question que des commerçants imposent, de leur propre chef, des augmentations injustifiées ne reflétant pas la réalité des prix.

En effet les pouvoirs publics, par le biais de la Direction générale des impôts, ont décidé d’informer, d’une manière détaillée, les citoyens sur la fiscalité qui vient d’être revue à la hausse, pour ce qui est des produits de large consommation.

« La Direction générale des impôts (DGI) continuera de rendre publics les prix des produits de consommation ainsi que toutes les hausses contenues dans la loi de finances 2017, pour éviter les augmentations aléatoires de la part des commerçants », a indiqué le directeur de la législation et de la réglementation à la DGI, Mustapha Zikara.

« Les augmentations de certains produits et marchandises sont injustifiables. La DGI publiera toutes les modifications, même légères, survenues réellement sur les prix de certains produits afin d’informer le citoyen et éviter toute augmentation aléatoire de la part des commerçants », tient à rassurer M. Zikara.

Les consommateurs sont frappés de plein fouet par les nombreuses augmentations des prix décidées par des commerçants véreux, et ce bien avant la présentation de la LF 2017 à l’Assemblée nationale, ce qui amène aujourd’hui les pouvoirs publics à mettre de l’ordre dans le secteur du commerce.

C’est dans ce contexte que la DGI, probablement instruite par les plus hautes autorités du pays, a publié à la fin du week-end dernier « les légers changements survenus dans les prix de certains produits de large consommation ainsi que les produits non concernés par les augmentations des prix ».

Selon M. Zikara, « d’autres listes de produits seront rendues publiques dans les jours à venir, afin d’informer le consommateur sur les prix réels et éviter les augmentations injustifiées ».

La DGI a indiqué dans une note explicative les détails relatifs à l’augmentation de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) qui est passée de 17% à 19% pour le taux normal et de 7% à 9% pour le taux réduit, précisant que « cette modification sera sans impact » sur les prix de dizaines de produits tels le pain, le lait, les semoules, l’huile à base de soja, les fruits et légumes, « à l’exclusion de ceux importés et ceux commercialisés par des redevables de la TVA (les vendeurs à l’étalage dans les marchés et les petits commerçants ne sont pas considérés redevables de la TVA).

Les produits électroménagers pas encore concernés par la hausse

Les autres produits et services exonérés de TVA sont, entre autres, les moissonneuses-batteuses fabriquées en Algérie et le papier destiné exclusivement à la fabrication et à l’impression du livre, les contrats d’assurances de personnes et les opérations de crédits bancaires accordés aux ménages pour l’acquisition ou la construction d’un logement individuel.

La publication des prix « permettra de mettre tout un chacun devant ses responsabilités et mettre à nu les augmentations exagérées », a affirmé M. Zikara, ajoutant que l’augmentation des prix des produits de l’électroménager, quant à eux, ne sera effective qu’après le premier semestre 2017 pour les produits importés et à partir de 2018 pour les produits fabriqués localement, et ce, après taxation des produits énergétivores.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email