Violences faites aux femmes: Près de 8 000 dossiers traités – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Violences faites aux femmes: Près de 8 000 dossiers traités

Violences faites aux femmes: Près de 8 000 dossiers traités

«Les services de la Gendarmerie nationale ont recensé 7994 affaires liées aux violences à l’égard des femmes et des filles durant les huit premiers mois de l’année 2021», a déclaré Walid Riadh Boukabbou, dimanche dernier lors de la deuxième édition de l’atelier du réseau des journalistes qui s’est déroulé les 7 et 8 novembre à Alger.

Cette formation, sous forme d’atelier pour la sélection des actions clés en préparation de la campagne des 16 jours d’activisme pour la lutte contre la violence basée sur le genre, a été assurée conjointement par l’UNFPA Algérie, l’ONUDC (Office des Nations unies contre la drogue et le crime), en collaboration avec les ministères de la Communication et des Affaires étrangères ainsi qu’avec l’ambassade du Royaume des Pays-Bas.

Présentant le rôle de la Gendarmerie nationale dans la lutte contre ce phénomène sociétal, le lieutenant-colonel Boukabbou, a expliqué que, comparativement aux chiffres de l’année dernière, la violence connaît une légère stabilité, soit une hausse de 0,56% à la même période de l’année écoulée.

A ce propos, le colonel a présenté une documentation et un schéma qui recensent tous les actes de violence basés sur le genre. «51% des affaires relèvent de l’humiliation et de la menace, 38% sont des affaires d’agression physique, 4% sont des atteintes à la vie personnelle des victimes, alors que 2% représente les rapts de filles, les actes immoraux et ceux qui ont été incitées à l’acte sexuel, tandis que 1% d’entre elles ont été sujettes à des harcèlements sexuels », a-t-il révélé.

Le représentant de la Gendarmerie nationale a rappelé que depuis l’indépendance, les textes de lois de la Constitution algérienne évoquent l’égalité des sexes et protègent la femme contre la violence. Citant les articles 37, 40, 59 et 68 de la Constitution de l’année 2019, il a indiqué que l’Etat protège la femme de toute forme de violence en tout lieu et toute circonstance.

Il a également signalé que le rôle des services de la Gendarmerie nationale dans le cadre de la lutte contre ce phénomène sociétal est très important. Ainsi, les services de la gendarmerie veillent de jour comme nuit à lutter contre la violence,  particulièrement dans les zones les plus enclavées, et ce afin d’y assurer la sécurité.

Pour sa part, la représentante de la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN), Yasmine Khouas, responsable du bureau de la protection des personnes vulnérables, a expliqué le rôle du dispositif installé par l’institution dans le but de lutter contre la violence faite aux femmes et aux filles. Elle a insisté sur le fait que la stratégie de communication est un point très important, dont des formations de recyclage suivies afin de répondre à tous les types de réclamation de victimes.

Dans la même optique, la directrice des affaires pénales au ministère de la Justice, Mme Ouriche, a passé en revue les outils juridiques mis en place par l’Algérie pour la protection de la femme, citant, entre autres, la Constitution amendée de 2020 ainsi que la loi 90-11 sur le travail et le Code de la famille amendé.

Selon l’UNFPA Algérie, le but de cet atelier est d’avoir une approche durable dans le temps afin de ne pas oublier la question de la violence contre les femmes et les filles.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email