-- -- -- / -- -- --
Nationale

Les victimes du terrorisme indignées

Les victimes  du terrorisme indignées

Les dernières sorties médiatiques de l’ex-chef de l’AIS, Madani Mezrag, et ses déclarations concernant, notamment, la création d’un parti politique n’a pas laissé insensibles les victimes du terrorisme.

Fatma-Zohra Flici, présidente de l’Organisation nationale des victimes du terrorisme (ONVT) a dénoncé, lors d’un point de presse animé hier à Alger, l’attitude de certaines chaînes de télévison privées qui osent donner de l’importance à un « chef terroriste dont les mains sont encore tachées du sang des Algériennes et des Algériens, en l’invitant à plusieurs reprises et en lui donnant la parole en tant que personnalité nationale ». 

« Certes, nous avons accepté la réconciliation nationale mais nous n’avons pas pardonné », a-t-elle martelé. De ce fait, les victimes du terrorisme s’indignent des dernières sorties médiatiques qualifiées d’« irresponsables » du « sanguinaire Madani Mezrag », et qui « ont suscité une grande colère chez la base », a lancé l’interlocutrice, ajoutant que « ce chef terroriste se glorifie, aujourd’hui, d’annoncer la création d’un parti politique ». 

Mais pas seulement. Mme Flici regrette également que « les autorités ferment les yeux sur la tenue des rassemblements de Jijel et de Mostaganem (prétendues universités d’été révélées par Mezrag) ». Tout en affirmant que l’ONVT n’a pas pris de décision d’aller à la justice, sa présidente sollicite du Premier ministre de donner plus de considération aux victimes du terrorisme, particulièrement les orphelins qui, selon elle, « se sentent lâchés par l’Etat ».

Elle a dénoncé, dans ce cadre, la circulaire n° 226 du 16 juillet 2015 émanant du Premier ministre adressée aux cadres du gouvernement et au directeur général de la Fonction publique qui incite, selon Mme Flici, à procéder au recrutement des proches des terroristes abattus ou repentis, tandis que les victimes du terrorisme trouvent des difficultés pour se procurer un travail ».

Par ailleurs, l’ONVT a réitéré sa demande concernant la promulgation d’un statut particulier en faveur de cette catégorie, qui compte plusieurs milliers de familles. « Nous interpellons les pouvoirs publics pour prendre leurs responsabilités afin de préserver la mémoire des martyrs du devoir victimes du terrorisme, en promulguant un statut particulier qui les protégerait de tous les enjeux », a insisté Mme Flici.

« Cela fait vingt ans que nous revendiquons un statut particulier des victimes du terrorisme, mais à ce jour nous n’avons pas eu gain de cause », a regretté Mme Flici. Devant cet état de fait, les victimes du terrorisme menacent d’investir la rue en appelant à l’organisation d’un rassemblement de protestation à Alger.

Néanmoins, la présidente de ladite organisation a appelé les victimes du terrorisme « à plus de sagesse et à une prise de conscience avant de décider d’aller vers une action sur le terrain ». Elle rappelle que son conseil national se tiendra dans deux mois pour évaluer la situation et prendre ainsi les décisions qui s’imposent.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email