-- -- -- / -- -- --
Sports

Les Verts rassurent mais…

Les Verts rassurent mais…

Et de cinq pour Gourcuff et ses troupes, qui réalise ainsi un sans-faute après leur succès amplement mérité, et ce même si les Ethiopiens étaient les premiers à trouver le chemin des filets gardés par Zemmamouche, car au vu de la prestation fournie par Feghouli et ses coéquipiers au cours de premier half, la note aurait pu être salée.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les Fennecs ont dominé des pieds et de la tête les protégés de l’entraîneur Barreto, cantonnés en défense tout en procédant par des contres, leur arme fatale. La technicité et les prouesses du quatuor de l’attaque ont donné le tournis aux défenseurs adverses avec des permutations, des une-deux déroutantes ainsi qu’avec le concours bénéfique des joueurs de couloir en l’occurrence Mandi et Ghoulem.

Contrairement aux précédentes rencontres, où il a été constaté un déséquilibre entre le flanc gauche et le flanc droit, Mahrez et Feghouli ont été sollicités puisque les offensives s’alternaient tantôt à gauche et tantôt à droite et parfois même en profondeur. Slimani a d’ailleurs joué un rôle prépondérant dans le succès de la sélection nationale, même s’il n’a pas réussi à planter, comme à son habitude, une banderille.

De plus, on sent que l’équipe est en train de progresser tant sur le plan de la qualité de jeu que sur le plan organisationnel, du moment que la bande à Gourcuff, par son pressing haut et sur le porteur du ballon, elle a réussi à déverrouiller le système défensif mis en place par le coach éthiopien.

La confiance et la maturité ont prévalu

Lors de leur sortie face aux Ethiopiens les verts ont fait preuve de sang-froid après avoir encaissé le but. Aucun moment ils n’ont montré des signes d’affolement ou de précipitation dans le jeu. Au contraire, ils ont repris le match en main avec une bonne maîtrise du ballon, matérialisée par une fluidité de passes et un jeu collectif. Une réaction digne de professionnels qui explique que Halliche et consorts ont, depuis le Mondial, gagné en confiance et en maturité. Deux facteurs qui leur ont permis de renverser la situation car les Fennecs croient désormais en leurs capacités. Il ne faut cependant pas oublier que les Ethiopiens n’étai pas un foudre de guerre même si celle s’est montrée parfois dangereuse lors des contre-attaques.

Des imperfections à corriger

Certes, la sélection nationale poursuit avec brio son parcours en phase de poules, réussissant un carton plein qui suscite de l’engouement non seulement chez les joueurs mais aussi chez les fans qui rêvent d’une consécration continentale en Guinée-Equatoriale.

Des ambitions légitimes eu égards au potentiel performant de l’équipe nationale. Mais la phase finale prévue à partir du 17 janvier 2015 ne sera pas une sinécure et la mission sera très ardue face à des adversaires de haut niveau, oublier les facteurs extrasportifs. Pour atteindre cet objectif, des correctifs devraient être apportés au niveau de la défense et du milieu, lesquels ont montré des lacunes lors de la confrontation face à l’Ethiopie.

Ces derniers ont manqué de rigueur ce qui a permis aux attaquants visiteurs de se créer des occasions heureusement inexploitées. Mais face aux grosses écuries comme le Cameroun, de la Côte-d’Ivoire, de la Tunisie… cela se paiera cash et ça ne pardonnera pas. Aussi, le sélectionneur national Christian Gourcuff deux mois devant lui pour mettre en place une assise défensive et un milieu complémentaire à même de parer à d’éventuelles surprises.
Par ailleurs, il a été observé que le rendement de l’équipe lors du second half est quasiment le contraste de celui de la première mi-temps. En effet, le onze national a connu une baisse de régime et le jeu individuel a prévalu sur le collectif. Heureusement que les Ethiopiens se sont montrés maladroits devant les buts.

Si notre équipe nationale veut vraiment à monter sur la plus haute marche du podium en Guinée-Equatoriale, Slimani et ses équipiers doivent rester concentrés et monter en puissance en alliant l’art et la manière. Et c’est au coach, qui en a d’ailleurs fait le constat, de doit vite prendre le taureau par les cornes et de remettre de l’ordre dans la demeure avant le prochain match contre le Mali, prévu demain et évidemment, avant la grande fête qui débutera à la mi-janvier.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email