-- -- -- / -- -- --
Monde

Les USA essaieraient d’épargner le Front al-Nosra

Les USA essaieraient d’épargner le Front al-Nosra

L’impossibilité de faire la différence entre l’opposition syrienne et les terroristes est la pierre d’achoppement de la coopération entre Moscou et Washington sur la Syrie, selon le chef de la diplomatie russe.

La Russie est attristée par le déroulement de la coopération avec les États-Unis sur la Syrie, a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

« On a l’impression que les États-Unis essaient de préserver le Front al-Nosra (branche syrienne de l’organisation terroriste Al-Qaïda) », a-t-il indiqué lors d’une rencontre bilatérale avec son homologue américain John Kerry à Lima, en marge du sommet de l’APEC.

Les contacts entre Moscou et Washington donnent des résultats, mais tout bute contre l’impossibilité de faire la différence entre l’opposition syrienne et les terroristes, selon lui.

« Nous ne pouvons pas nous défaire de l’impression que la volonté prédomine (chez les Américains, ndlr) de vouloir préserver le Front al-Nosra comme la force la plus opérationnelle face à Assad, bien qu’elle soit portée sur toutes les listes des terroristes aux États-Unis, en Russie et à l’Onu », a indiqué le ministre russe.

Il y a quelques semaines, Lavrov avait indiqué que la mise en place des résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies restait la condition sine qua non de la reprise de la trêve en Syrie. « La Russie proposera une série de mesures concrètes à suivre dans ce sens », avait déclaré vendredi aux journalistes le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov.

Le sens des discussions de Lausanne est bien clair : « l’arrêt des violences en Syrie, la lutte contre les terroristes, la garantie de l’accès humanitaire vers tous les nécessiteux et le lancement sans délais d’un processus politique entre l’ensemble des groupes syriens que ce soit le gouvernement ou l’opposition et ce sans aucun préalable », a expliqué le ministre.

« Voici l’axe. Il n’est pas spécifiquement russe, je tiens à rappeler qu’il s’agit de la décision de la communauté internationale », avait explicité M. Lavrov. Et de préciser que Moscou n’envisageait d’avancer aucune nouvelle initiative sur le règlement syrien.

« Nous ne proposerons rien d’autre. Tout est dit dans la résolution. Nous n’avons pas d’attentes particulières, nous voulons faire du travail concret et voir à quel point nos partenaires sont prêts à appliquer la résolution du Conseil de sécurité (de l’Onu, ndlr) », avait poursuivi le ministre. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email