-- -- -- / -- -- --
Nationale

Les Travailleurs du secteur privé et indépendants en détresse

Les Travailleurs du secteur privé et indépendants en détresse

Ils sont nombreux à chômer en cette période et à subir les conséquences du confinement et l’arrêt de plusieurs activités décidé suite à la propagation du COVID-19.

Si le congé des 50% des employés de la fonction publique libérés pour la circonstance est pris en charge par l’Etat, des milliers de travailleurs du secteur privé et ceux qui exercent des métiers indépendants et intermittents sont dans l’expectative. Ils sont sans ressources et s’interrogent sur leur avenir. D’autant que personne ne connait la durée de cette situation d’urgence. Une assistance à cette catégorie s’impose à travers la mise en place des mesures de soutien à ces travailleurs affectés par la crise sanitaire.

Hormis ceux qui activent notamment dans le secteur de l’agroalimentaire et pharmaceutique (activités maintenues car considérées essentielles), les travailleurs des autres secteurs et les ouvriers journaliers ont cessé de travailler et se retrouvent sans revenus. Ces derniers ne cachent pas leurs appréhensions, surtout dans le cas où cette mesure durera longtemps.

Pour le maçon Hamid, “les chantiers sont à l’arrêt partout. Même les travaux chez un privé ont été reporté en raison du couvre feu”. ” jamais de ma vie je n’ai pris un congé forcé aussi long. Dans quelques jours, je serais sans ressources et comme le mois sacré qui arrive je ne sais plus quoi faire “.

Rabah un plombier et père de famille, est angoissé à l’idée que la situation risque de se prolonger. ” je ne sais plus quoi faire. Le monde est figé. On ne travaille plus comme avant. Depuis quelques jours, je serai obligé de demander des prêts à des proches. Mais jusqu’à quand ? “.

Des cris de détresse qui ne cessent de s’amplifier. Une aide financière de l’Etat pour cette catégorie épargnera le pire pour des milliers de familles. C’est d’ailleurs la démarche adoptée par plusieurs pays touchés par le coronavirus qui ont décidé d’une aide financière spécifique à cette catégorie de citoyens qui ont pu perdre leurs revenus du fait de cette crise sanitaire qui est venue frapper l’économie des pays.

C’est dans cette optique que le Cercle d’action et de réflexion autour de l’entreprise (CARE) plaide pour la mise en place d’un revenu, « COVID-2020 », en solidarité avec les travailleurs privés affectés par la crise sanitaire. Dans une contribution, CARE évoque les employés du secteur privé, particulièrement ceux relevant du secteur informel et qui, dans l’incapacité de travailler, perdent ainsi la seule source de revenu à laquelle ils pouvaient accéder, en raison de la crise sanitaire et le confinement imposé en conséquence.

Selon CARE, les entreprises, publiques ou privées, se retrouvent dans une situation tout à fait inédite. « En dehors de celles dont les activités sont maintenues, toutes les autres sont confrontées de facto à une érosion très forte de leur chiffre d’affaires », note-t-on, signalant que ces dernières se retrouvent dans l’incapacité de maintenir le versement de masses salariales sans activité au risque d’hypothéquer purement et simplement leur survie.

Soulignant le fait que cette situation n’est pas spécifique à l’Algérie, on estime que « la résilience de la population va être mise à rude épreuve au-delà d’un mois de confinement, d’inactivité et d’assèchement progressif de ses revenus ». Compte tenu de l’engagement des pouvoirs publics « de ne laisser personne de côté », CARE juge nécessaire d’accompagner cette promesse par des actions réelles, à travers l’attribution de cette aide budgétaire spécifique.

Pour CARE qui se réfère à la dernière enquête de l’Office nationale des statistiques, datée de mai 2019, pour la mise en œuvre de cette mesure, c’est une aide forfaitaire mensuelle de 10 000 DA qui serait consentie durant trois mois à cette catégorie de la population. L’impact budgétaire est estimé à 150 milliards de dinars.

Cependant, si cette mesure est retenue in fine, les problèmes de son financement et de sa mise en œuvre se poseront. Pour le financement, CARE, propose deux solutions potentielles : Une contribution de solidarité de l’ensemble des employés sur le territoire national ou le recours de manière exceptionnelle, au financement non conventionnel par création de monnaie.

Pour ce qui est de la mise en œuvre de cette aide, le Cercle de réflexion propose la création d’une page web afin que les travailleurs informels puissent postuler à des aides, permettant de cibler fondamentalement tous les employés du secteur informel, ainsi que les artisans et entrepreneurs individuels ayant perdu leur emploi ou leur revenu.

Pour les employés du secteur privé formel connaissant le même problème de perte de revenu, le transfert du revenu « COVID-2020 » pourrait être opéré via leur entreprise.

Par ailleurs, CARE évoque « un vaste chantier de réformes économiques qui va s’imposer inéluctablement dans toute sa complexité et dans toute sa rigueur », une fois cette crise sanitaire dépassée.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email