-- -- -- / -- -- --
Nationale

Les travailleurs communaux poursuivent leur grève

Les travailleurs communaux poursuivent leur grève

La grève cyclique d’une semaine des travailleurs communaux s’est poursuivie lundi pour le deuxième jour sur tout le territoire national, avec un taux de suivi de 75 %, a-t-on appris du président de la Fédération nationale des travailleurs des communes affiliée au SNAPAP, Kamel Bahatt.

Lundi, au deuxième jour du débrayage d’une semaine, le taux de suivi a été le même que celui enregistré au premier jour. Joint hier par téléphone, le président de la fédération s’est félicité de la grande mobilisation des travailleurs des communes qui « exigent à tout prix la satisfaction de leurs doléances », nous a-t-il signifié. « Le mouvement de grève des travailleurs communaux a été largement suivi au niveau national.

Des administrations ont été paralysées dans de nombreuses communes du pays », affirme notre interlocuteur. Le syndicaliste n’a pas manqué de faire part d’innombrables « pressions », tant internes qu’externes, dont sont victimes les syndicalistes, notamment dans les APC de Lakseur et Tazmalt.

« En dépit des menaces et des pressions sur les travailleurs, le mouvement a enregistré un taux de suivi de 75 % », s’est-il félicité. 
M. Bahatt a également indiqué que les travailleurs ont fait l’objet de ponctions sur salaire.

« Même les week-ends ont été comptabilisés, alors que c’est illégal », a-t-il dénoncé. Les travailleurs d’APC sont en effet en débrayage depuis dimanche. Par cette action de contestation organisée à l’échelle nationale, la Fédération nationale des travailleurs du secteur des communes, affiliée au SNAPAP, compte faire pression sur la tutelle pour l’application de la plate-forme de revendications déjà soulevée.

Les travailleurs des communes, dont le nombre est d’environ 800 000, exigent « la refonte du statut général de la fonction publique et des statuts particuliers de tous les corps des communes », « la défense du libre exercice du droit syndical » mais aussi « le rejet du nouveau code de travail pour sa non-conformité avec les conventions du Bureau international du travail ».

Ils demandent également « l’application des nouvelles dispositions de l’article 87 bis pour l’ensemble des travailleurs des APC ». L’autre point mis en exergue par la Fédération nationale des fonctionnaires du secteur des communes concerne la réintégration de l’ensemble des travailleurs contractuels et vacataires, notamment ceux ayant des contrats de préemploi et ceux du filet social.

Les communaux appellent également à la « révision du régime indemnitaire » ainsi qu’à l’augmentation de l’allocation familiale à 2 000 dinars et celle de l’indemnité de la femme au foyer à 8 000 DA. Les travailleurs communaux plaident aussi pour l’application de l’indemnité des agents de l’état civil, et ce « avec effet rétroactif à compter du 1er janvier 2008, comme le stipule l’article 85 du décret exécutif n° 11/334 du 20 septembre 2011 ».

La fédération appelle à la prise en compte de l’indemnité du zoning dans le Sud et le Grand Sud ainsi que de l’élargissement de la prime de souveraineté au secteur des communes.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email