-- -- -- / -- -- --
Nationale

Les transporteurs : Colère chez les usagers

Les transporteurs : Colère chez les usagers

Le ministère des Transports a proposé une augmentation de 10% de l’actuelle tarification des transports publics. L’usager payera encore plus cher son ticket en dépit de l’anarchie qui règne dans le secteur.

Le ministère estime que l’impact induit par l’augmentation des prix du carburant sur ce mode de transport n’excède pas ce taux. En revanche, les représentants des opérateurs de transport ont revendiqué une hausse de pas moins de 5 dinars en raison de la difficulté de traiter avec la petite monnaie de 1 et 2 dinars.

L’administration centrale du ministère des Transports, les représentants des syndicats des chauffeurs de taxi et les opérateurs de transport collectif des voyageurs urbain et interwilayas sont parvenus, lors de leur réunion mercredi à Alger, à un accord sur de nouvelles tarifications qui seront annoncées prochainement. L’annonce officielle des nouvelles tarifications interviendra après la présentation des résultats aux pouvoirs publics.

Les usagers des transports en commun, déjà confrontés aux difficultés de la vie quotidienne, ne savent plus quoi faire. En effet, cette augmentation vient empoisonner un peu plus le vécu de nombre de travailleurs contraints d’utiliser quotidiennement ce moyen de transport pour rejoindre leur lieu de travail.

« Quand le prix du carburant augmente, celui du ticket de transport augmente aussi. Mais nous, fonctionnaires, étudiants et autres, en sommes les victimes », a déclaré un fonctionnaire voyageant à bord d’un bus desservant la ligne Réghaïa – Alger.

« Une augmentation de 5 DA la place, c’est trop cher. Je dois prendre deux bus, matin et soir, pour rejoindre mon lieu de travail. C’est toujours le simple citoyen qui paye l’addition », a tempêté un autre fonctionnaire.

Un autre voyageur n’a pas manqué d’exprimer sa colère suite à cette augmentation : « Ils veulent 5 DA de plus, d’autres ont rajouté carrément 10 DA, alors que nous sommes traités comme du bétail par ces transporteurs. Leurs bus sont en piteux état et repoussants tant ils sont sales.

De plus, ils ne respectent pas les itinéraires. Ils nous font descendre quand ils veulent, refusant d’aller jusqu’au terminus, sans parler du comportement vulgaire et agressif des chauffeurs et des receveurs. » Après la tenue d’une série de rencontres consacrées à l’examen de l’impact de la hausse des prix du carburant, un accord a été dégagé concernant toutes les tarifications de transport par taxi individuel, collectif et transport collectif interwilayas, a indiqué un communiqué commun du ministère des Transports et des représentants des transporteurs.

Toutefois, les parties concernées ne sont pas parvenues à un accord sur la tarification du transport collectif urbain et suburbain. Le ministère des Transports « est déterminé à poursuivre l’action commune en vue d’améliorer les conditions d’exercice de l’activité des transports et accompagner cette catégorie pour la concrétisation de ses revendications liées à la réduction des impôts forfaitaires et autres avantages ».

En attendant que les deux parties parviennent à un accord, l’augmentation des prix du transport et la dévaluation du dinar restent le seul sujet de discussion de nombreux voyageurs dans les bus. « La situation n’est pas facile aujourd’hui pour nous », estime un père de famille.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email