-- -- -- / -- -- --
Nationale

Les terroristes continuent de se rendre aux autorités

Les terroristes continuent de se rendre aux autorités

Depuis le début de l’année en cours, pas moins d’une centaine de terroristes, dont des familles entières, se sont rendus aux autorités militaires après de longues années passées dans les maquis de l’est du pays et dans les poches du grand Sud. La pression militaire se fait sentir dans les zones où ils trouvaient refuge.

Une moyenne de trois terroristes se rendent aux autorités militaires chaque semaine avec leurs armes. Entre janvier et la mi-novembre, ce sont plus de 100 qui se sont livrés, certains de leur propre volonté, d’autres pour fuir l’enfer des maquis, aux forces militaires pour bénéficier des dispositions de la loi sur la réconciliation.

La pression exercée par les différents détachements militaires est aussi un facteur majeur ayant contribué à cette reddition déjà massive des terroristes d’Aqmi.

Pas plus loin qu’avant-hier, un terroriste d’Al Qaïda au Maghreb, le dénommé H. Ali, alias Ali Bouamama, s’est rendu aux autorités sécuritaires du secteur opérationnel d’In Aménas dans le sud du pays, a révélé le ministère de la Défense nationale dans un communiqué diffusé hier.

« Dans le cadre de la lutte antiterroriste et grâce aux efforts des forces de l’Armée nationale populaire et de ses services de sécurité, le terroriste dénommé H. Ali, dit Ali Bouamama, s’est rendu le mardi 22 novembre 2016 aux autorités sécuritaires au niveau du secteur opérationnel d’In Aménas (4e RM) avec, en sa possession, un pistolet-mitrailleur de type kalachnikov, une quantité de munitions et une trousse médicale », lit-on dans le communiqué du ministère.

Des détachements de l’ANP ont également arrêté deux éléments de soutien aux groupes terroristes à Médéa et détruit un abri pour terroristes à Tizi Ouzou (1re RM), ajoute le communiqué.

« Ces résultats dénotent, encore une fois, l’efficacité de l’approche de l’Armée nationale populaire pour l’éradication définitive du fléau du terrorisme et la mise en échec de toute tentative visant à porter atteinte à la stabilité de notre pays, comme ils démontrent l’état de désespoir de ces criminels », a ajouté le MDN.

Des anciens « maquisards » ont fini par se rendre

De plus en plus de terroristes se livrent de leur propre volonté aux forces militaires, et ce, afin de bénéficier des dispositions de la loi sur la charte pour la paix et la réconciliation nationale. Parmi ces terroristes, des anciens « maquisards » qui ont rejoint les maquis dans les années 1990. 

C’est le cas du 16 novembre dernier où deux terroristes se sont rendus de leur propre gré aux autorités militaires dans la 6e Région militaire à Tamanrasset. Il s’agit des dénommés B. Abdelkrim, dit Abou Zaïd, et F. Othmane, alias Abou Naïm, deux anciens « maquisards de l’année 1994.

Les deux terroristes se sont rendus avec en leur possession deux pistolets-mitrailleurs de type Kalachnikov et une quantité de munitions, faut-il le rappeler.

Le 30 juin 2016, deux familles de terroristes se sont rendus aux autorités militaires dans la commune de Bordj T’har, sise dans la wilaya de Jijel. Les deux familles sont composées de deux jeunes femmes et de neuf enfants, âgés entre 5 et 16 ans, dont 5 filles et 4 garçons.

La première famille est constituée d’une femme et de ses quatre enfants. La femme était mariée deux fois à deux terroristes, les tristement célèbres B. Djamel et M. Abdelkader, abattus précédemment par les éléments de l’ANP dans deux opérations différentes, respectivement en 2008 et 2014, et a deux enfants activant parmi les groupes terroristes qu’elle exhorte à revenir dans le droit chemin et à abandonner l’activité terroriste.

La deuxième famille est composée d’une femme et de ses cinq enfants. La femme était l’épouse du terroriste G. Yazid, dénommé El Mouthana. Ces deux familles, et notamment les enfants, vivaient sous le joug des terroristes en tant qu’otages et dans des conditions inhumaines, dépourvus de leurs droits élémentaires. 

Une fois approchés par les éléments du détachement de l’ANP, ils ont saisi l’occasion et se sont rendus afin de ne plus subir l’exploitation et la violence qui leur étaient imposées par les terroristes.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email