-- -- -- / -- -- --
Nationale

Les syndicats autonomes montent au créneau

Les syndicats autonomes montent au créneau

La Confédération des syndicats algériens (CSA), à travers la journée de protestation nationale prévue ce lundi, s’inscrit en droite ligne avec le mouvement populaire. La Confédération ne veut donc pas rester en marge de ce qui se passe sur la scène politique. Il a été décidé d’organiser une grève nationale, suivie de marches, en guise de soutien au mouvement populaire.

Ainsi la CSA, qui a exprimé son attachement et son soutien au mouvement populaire en formulant les mêmes revendications que le hirak, s’engage pleinement dans « le combat » que mène le peuple depuis le 22 février pour l’avènement d’une nouvelle ère, où la démocratie et la justice vont régner. En effet, la CSA compte bien jouer un rôle en organisant une action commune, et parler d’une même voix. Le SG du Satef, Boualem Amoura, a affirmé qu’à travers cette mobilisation, la CSA va assumer sa « responsabilité historique ». « Nous ne pouvons pas rester les bras croisés. Il faut réagir pour se démarquer de ce qui se passe sur la scène politique et de ce que fait ce gouvernement illégitime », avait-il déclaré à la veille de la réunion du CSA pour décider d’une action à même de se faire entendre.

Dans un communiqué annonçant cette journée de mobilisation, la CSA, qui a exprimé son attachement et son soutien indéfectible au mouvement populaire pacifique et à son renforcement jusqu’à satisfaction de ses revendications légitimes, a réitéré l’exigence du départ du gouvernement de Bedoui, mettant en garde contre « l’exploitation de la conjoncture actuelle pour faire passer des projets et adopter des lois et des décisions décisives à même d’hypothéquer l’avenir des générations futures et d’affecter la souveraineté nationale, telle que la loi sur les hydrocarbures, le code du travail et la loi sur la retraite ». Les syndicats autonomes réclament « la libération immédiate des détenus d’opinion et politiques », tout en condamnant les poursuites judiciaires contre les activistes. En outre, la CSA qui dénonce également la loi sur les hydrocarbures, condamne « les restrictions systématiques des espaces publics, la liberté de manifestation, la liberté de mouvement et la fermeture des accès à la capitale », tout en dénonçant « les violations et les restrictions à la liberté d’expression ». Ces syndicats autonomes se mettent donc au diapason du mouvement populaire qui réclame sans relâche, avec un pacifisme inédit, le changement radical.

Par ailleurs, des appels à rejoindre ce mouvement de grève ont été lancés ici et là. Les forces du pacte pour l’alternative démocratique ont appelé à rejoindre l’appel à la grève générale prévue pour aujourd’hui, tout en soulignant leur soutien à cette action. L’association Rassemblement actions jeunesse (RAJ) a, de son côté, appuyé cet appel lancé par ces syndicats et appelle à une forte mobilisation des différents secteurs pour sa réussite.

Par ailleurs, un grand débrayage est prévu dans plusieurs secteurs, dans le cas où ce mouvement de grève connaît une large adhésion.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email