-- -- -- / -- -- --
Nationale

Les Saoudiens limitent leur production : Le pétrole en hausse

Les Saoudiens limitent leur production : Le pétrole en hausse

Les cours du brut étaient encore en hausse hier lors des échanges européens. Vers midi, le baril du brent de la mer du nord pour livraison en mars valait 57,39 dollars sur l’Intercontinental Exchange de Londres, soit une remontée de 50 cents par rapport à jeudi lors de la clôture des séances de la Bourse.

A New York sur le Nymex pour les échanges électroniques, le baril du WTI flirtait avec les 55 dollars. Pourtant, les cours avaient accusé le coup dès l’annonce des données hebdomadaires du Département américain de l’Energie sur les réserves fédérales.

Les cours ont été stoppés quelque peu, avançant lentement, alors que traditionnellement les chiffres des réserves US ont toujours influé sur le marché mondial. Ces réserves américaines ont augmenté de 7 millions de barils, alors que l’importation a chuté.

Ces données montrent que les réserves des produits distillés et de l’essence ont augmenté de plusieurs millions de barils. Des chiffres énormes qui ont intimidé le marché pendant 24 heures avant de revenir à son rythme. Car, les investisseurs semblent focaliser leurs intérêts sur les producteurs de l’OPEP et leurs partenaires de l’accord de Vienne de décembre.

Déjà, des sources de presse évoquent l’engagement des Saoudiens à réduire leur production de plus de 480 000 barils par jour. Le pilier du cartel semble être très sérieux dans l’effort collectif de réduction de l’offre du pétrole afin de normaliser le marché et d’atteindre l’équilibre.

Des observateurs ont signalé que les Saoudiens ont appliqué à la lettre leur engagement au bout d’une semaine de l’entrée en vigueur de l’accord, respectant fidèlement leur quota.

D’ailleurs, il semble que c’est ce genre d’information qui a boosté les cours hier, car elle survient juste après l’annonce des Irakiens et des Koweïtiens de respecter les clauses de l’accord de Vienne.

Ainsi, Bagdad annonce qu’elle a réduit de 200 000 barils/jour sa production de brut, alors que ce pays était assez récalcitrant et moins enthousiaste à respecter l’accord de l’OPEP.

Ainsi, les signaux émanant des gros producteurs sur le respect des quotas et des niveaux de production deviennent des éléments importants et déterminants sur les cotations du brut dans les marchés internationaux. En une semaine, les experts du marché notent déjà une nette réduction de l’offre et surtout une volonté ferme de la part des pays vers l’abaissement des niveaux de production.

Ainsi, les experts évoquent l’optimisme des investisseurs sur le respect de la part de l’OPEP et des non-OPEP des clauses de l’accord historique de Vienne. Un optimisme relayé par la baisse du dollar, la monnaie sur laquelle est basé tout placement ou investissement dans le marché pétrolier.

Selon plusieurs sources d’informations, l’analyse du marché sera au menu des travaux de la première réunion du comité technique chargé par le cartel et ses partenaires de suivre l’application de l’accord sur la réduction.

Si aucune date n’a encore été annoncée, les experts pensent que cette réunion d’évaluation aura lieu probablement vers la troisième semaine de ce mois de janvier. Rappelons que l’Algérie fait partie de ce comité technique de suivi en compagnie du Koweit, du Sultanat d’Oman et du Venezuela.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email