-- -- -- / -- -- --
Nationale

Les psychotropes se propagent dans les lieux de commerce à Alger

Les psychotropes se propagent dans les lieux de commerce à Alger

Six individus, dont deux vendeurs dans une pharmacie et un autre de téléphones portables, ont été présentés ce jeudi devant le tribunal de Rouiba pour trafic de psychotropes dans des lieux de commerce.

Le trafic des psychotropes s’est propagé de manière alarmante à Alger, atteignant désormais les lieux de commerce, et le nombre de personnes arrêtées a manifestement augmenté depuis le début de l’année 2018.
Entre janvier et avril passés, plus d’une trentaine de commerçants ont été appréhendés par les services de sécurité pour trafic de drogue à l’intérieur de leurs magasins.
De nombreux pharmaciens, restaurateurs, commerçants et techniciens de téléphones et de micro-ordinateurs portables ont été arrêtés en flagrant délit en train de vendre des psychotropes dans leurs boutiques.
Devenu très à la « mode » ces derniers temps, vu sa rentabilité financière, certains commerçants de la capitale ont transformé leur arrière boutique en un dépôt de quantités importantes de drogue et de psychotropes.
Les consommateurs, dont la majorité de jeunes gens se présentent régulièrement dans certaines boutiques de la capitale pour s’approvisionner et ce après avoir contacté les vendeurs qui ne sont autres que les propriétaires des magasins.
A Rouiba, les policiers de la circonscription administrative de ladite commune ont procédé, mercredi passé, et après des investigations approfondies, à l’arrestation de deux vendeurs dans une pharmacie et un autre commerçant dans une boutique de téléphones portables.
La première opération, explique la sûreté de wilaya d’Alger dans un communiqué datant de vendredi, a permis d’appréhender, en flagrant délit, un commerçant dans une boutique téléphones en possession de 3,17 g de cocaïne. La perquisition du magasin du revendeur présumé a également permis la découverte d’une balance numérique sensible de haute précision de l’ordre de milligramme, utilisée par le mis en cause pour prélever des doses très précises de drogues dures, notamment la cocaïne et l’héroïne. Les policiers ont ainsi récupéré un million de centimes, représentant les revenus des ventes de cette substance. Selon la sûreté d’Alger, le commerçant a transformé sa boutique en un lieu de vente clandestine de drogues dures. Poursuivant leurs investigations, les policiers de Rouiba ont exécuté un second mandat de perquisition ciblant le domicile du mis en cause. La fouille a été fructueuse pour les enquêteurs qui ont découvert 235 comprimés de psychotropes.

Les deux pharmaciens de Rouiba et le grand business de psychotropes

La seconde opération diligentée par la police de Rouiba s’est déroulée dans une pharmacie où le propriétaire et un employé ont été interpellés dans le cadre de trafic en masse de psychotropes. L’affaire a commencé il y a quatre jours lorsque les policiers de Rouiba ont intercepté un véhicule suspect avec deux jeunes personnes à bord. La fouille corporelle de l’un des deux individus a été positive.
Les policiers ont découvert dans ses poches 270 comprimés de psychotropes et 7 500 dinars représentant les revenus des ventes. Conduits au commissariat, les jeunes gens ont avoué s’approvisionner régulièrement en psychotropes chez deux vendeurs dans une pharmacie du coin sans même recourir à une ordonnance médicale.
Les deux pharmaciens seraient parmi les principaux fournisseurs de psychotropes à Rouiba. Avec le feu vert du procureur de la République près de la cour de Rouiba, les policiers ont perquisitionné, mercredi passé, le domicile du premier pharmacien qui s’est soldée par la récupéré ainsi de 434 comprimés de psychotropes. Le second pharmacien a, quant à lui, été intercepté le même jour, à bord de son véhicule, en possession de 58 comprimés de psychotropes. En perquisitionnant son domicile, les policiers ont fait une autre découverte. 229 autres unités de psychotropes étaient cachées dans sa chambre. Les deux mis en cause sont accusés d’avoir mis en place un juteux trafic de psychotropes en s’approvisionnant régulièrement de jeunes consommateurs de plusieurs quartiers de ladite commune. Incarcérés, ils risquent de lourdes peines.
Par ailleurs, le 11 février passé, les forces de sécurité ont exécuté un mandat de perquisition ciblant un fast-food situé à Rouiba, où ils ont procédé, sur place, à l’arrestation du propriétaire et de son employé, âgés respectivement de 26 et 22 ans, suite à la découverte de 3,5 kg de cannabis traité soigneusement dissimulés dans arrière-boutique. Les deux trafiquants vendaient de la drogue à l’intérieur du fast-food à des clients habitués à s’approvisionner en ce lieu de commerce.
Les transactions de drogue se faisaient par téléphone portable pour que la commande. Une fois prête, et il ne restait clients que de passer à la pizzeria pour payer et prendre quelques morceaux de cannabis traité.
Poursuivant leurs investigations, et en vertu d’un mandat de perquisition, les gendarmes enquêteurs ont interpellé leur complice ; âgé de 31 ans, et saisi à son domicile un bâton à décharge électrique et deux épées.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email