-- -- -- / -- -- --
Nationale

Les professionnels de la santé de Tizi-Ouzou reviennent à la charge

Les professionnels de la santé de Tizi-Ouzou reviennent à la charge

Les professionnels de la santé de la wilaya de Tizi-Ouzou reviennent encore une fois à la charge. Et curieusement, c’est la plate-forme nationale ne contenant pas moins de quinze points de revendications qu’ils ont brandie pour exiger de leur ministère de tutelle son application ou à défaut, se mettre à la table des négociations pour satisfaire au moins un minimum de points dans l’immédiat.

C’est ce principe qui a été mis en avant, ce mardi, dans une conférence de presse animée au siège de l’UGTA par les représentants du syndicat d’entreprise de la santé de la wilaya de Tizi-Ouzou (SESWT.0). Parmi les point soulevés, figurent la revalorisation du point indiciaire instauré à 45 DA par le décret présidentiel n°07-304 du 29 septembre 2007, l’intégration et la régularisation des travailleurs en CDI (contrat à durée indéterminée) à temps partiel, l’intégration de toutes les sages-femmes de santé publique à la catégorie I3, la revalorisation de l’indemnité versée aux travailleurs en mission hors établissement et la sécurité dans les établissements de santé. Les conférenciers, le Dr Slimane Lounnas, Hocine Saïdani, Rachid Iamrane, Mme Nadia Boutane et Bachir Ramdane en l’occurrence, ont en réalité fait un véritable plaidoyer pour une vraie réforme hospitalière. Tous, l’un après l’autre, ont expliqué que les lacunes contenues dans les statuts et règlements régissant la santé ne peuvent plus durer. « Il est temps d’apporter des correctifs aux injustices existantes dans le secteur de la santé », ont soutenu les conférenciers. Les deux cas d’iniquité les plus frappants ont trait au statut des sages-femmes et des femmes de ménage. Ces dernières sont très lésées par rapport à leurs autres collègues en matière de prime relative au risque contagion. En effet, tandis que le montant de la prime en question est de 5000,00 DA pour le technicien de la santé, elle n’est que de 2000, 00 DA pour la femme de ménage.

Les conférenciers ont relevé que dans certains pays, cette prime est octroyée même aux riverains, c’est-à-dire aux familles résidant à proximité d’une structure de santé. Concernant les sages-femmes, celle ayant suivi une formation dans un institut supérieur spécialisé est classée à la catégorie 13 alors que celle ayant suivi un autre cursus est classée à la catégorie 12. Le curieux réside dans le fait que quelquefois, c’est cette sage-femme classée à la catégorie 12 qui assure une formation à celle qui est classée à la catégorie 13.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email