-- -- -- / -- -- --
Nationale

Les produits alimentaires et médicaux interdits d’exportation

Les produits alimentaires et médicaux interdits d’exportation

Pour satisfaire la demande nationale, en forte croissance en ces temps, et dans le but d’éviter toute pénurie durant cette crise sanitaire, certains produits alimentaires et pharmaceutiques sont temporairement interdits d’exportation.

La direction générale des Douanes (DGD) a ainsi publié la liste des produits concernés par cette interdiction d’exportation jusqu’à la fin de la crise sanitaire causée par la pandémie de coronavirus. Sur son site internet, DGD met à la disposition des professionnels une liste de produits suspendus temporairement à l’exportation.

Cette liste énumère les produits suivants : les semoules, les farines, les légumes secs et le riz, les pâtes alimentaires, les huiles, le sucre, le café, l’eau minérale, le concentré de tomate, les préparations alimentaires, les laits sous toutes leurs formes y compris ceux destinés aux enfants, les légumes et fruits frais à l’exception des dattes, les viandes rouges et blanches. Les équipements médicaux et paramédicaux, les médicaments et les produits pharmaceutiques, les produits d’hygiène corporelle et les détergents ménagers sont également concernés par cette interdiction.

Cette mesure s’inscrit en droite ligne avec l’engagement du gouvernement qui promet de porter assistance à toute la population. C’est d’ailleurs ce qu’a réitéré le Premier ministre Abdelaziz Djerad lors de sa visite à Blida, la wilaya la plus touchée par le Covid-19. Il s’est voulu rassurant, promettant d’un côté aux personnels hospitaliers la mise à leur disposition de matériel de protection, rassurant de l’autre côté la population quant à l’absence d’une crise alimentaire, au moment où des difficultés d’approvisionnement de certains produits, principalement la semoule, sont signalés dans plusieurs localités du pays.

Tout en admettant l’existence d’une crise sanitaire, Djerad a rassuré les citoyens quant à l’absence « d’une quelconque crise alimentaire ou d’approvisionnement ». Il affirme que le gouvernement avait pris « toutes les dispositions en vue d’assurer un approvisionnement permanent et suffisant des marchés en différents produits agricoles et alimentaires ».

Selon lui, il est normal de voir, en cette conjoncture, une ruée des citoyens sur les commerces pour s’approvisionner en quantités supérieures à leurs besoins ordinaires. Cependant, le ministre précise que les vendeurs de gros et les producteurs, comme partout dans le monde, ont besoin de plus de temps pour s’adapter à cette nouvelle situation. Toujours rassurant, le Premier ministre a indiqué que « l’Algérie est à l’abri de toute pénurie de denrées alimentaires. De même pour nos moyens de production qui pourront répondre aux besoins alimentaires à long terme ».

Cependant, malgré toutes ces assurances, les citoyens se plaignent toujours du manque de produits de première nécessité. Il en est de même, pour les professionnels de santé qui combattent le Covid-19, qui ne cessent de signaler le manque de moyens de protection d’autant qu’ils sont les plus exposés au risque de contamination.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email