-- -- -- / -- -- --
Nationale

Les prix en hausse : Le baril flirte avec les 60 dollars

Les prix en hausse : Le baril flirte avec les 60 dollars

Cela fait très longtemps que l’arme du pétrole n’a pas été brandie. Sans le vouloir, le président turc Erdogan a fouetté hier les marchés mondiaux de l’or noir. Ses déclarations en forme de menace d’interdire les exportations du pétrole via la Turquie ont soulevé la polémique et les cours n’ont pas attendu longtemps pour grimper jusqu’à flirter avec les 60 dollars le baril pour le Brent.

Le référendum d’indépendance au Kurdistan alimente encore les tensions et met le marché en émoi. Pourtant, cette région du nord irakien ne produit que  600 000 barils/j exportés directement via un oléoduc arrivant au port méditerranéen turc de Ceyhan.

Si la Turquie a menacé de sanctions Erbil, tout comme le gouvernement central de Bagdad, qui veut un « embargo « international, il existe des risques de guerre réels dans cette région, écartelée entre plusieurs pays.

Mais, pour les experts, si l’embargo est réussi ; cela va encore pousser davantage les cours vers le haut et permettre au marché d’atteindre le rééquilibrage tant recherchée par l’OPEP.

De plus, les rumeurs sur une possible extension de l’accord de réduction de la production font souffler un vent d’optimisme sur ces marchés.

La prochaine réunion de l’OPEP en novembre à Vienne a déjà inscrit cette question à l’ordre du jour et la durée de l’accord. Plusieurs ministres des pays membres du cartel ont révélé cette information, allant jusqu’à évoquer l’éventualité d’adhésion de nouveaux producteurs à cette entente mondiale sur les réductions du pétrole.

Autrement dit, il est fort possible que trois pays exemptés de l’accord, en raison des tensions politiques et sécuritaires, pourraient participer à cet effort.

Il s’agit de la Libye et du Nigéria, ainsi que de l’Iran. Mieux, d’autres informations font état d’une prolongation de la durée de cette limitation de la production, dont les détails seront discutés lors de cette réunion de Vienne.

L’autre facteur qui serait derrière cette remontée soudaine des cours du brut est le ralentissement de la production américaine, puisque le nombre des forages pétroliers aux Etats Unis est en diminution constante pour la troisième semaine consécutive, après 14 mois de hausse.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email