-- -- -- / -- -- --
Nationale

Les prix des tests sérologiques excessifs

Les prix des tests sérologiques excessifs

Des citoyens se sont interrogés ces dernières 48 heures sur la stratégie adoptée par un laboratoire privé à Constantine.
Après avoir annoncé une campagne de dépistage gratuite au profit du personnel soignant des structures sanitaires et personnel de secours, notamment les agents de la protection civile et les éléments des services de sécurité engagés dans la lutte contre le coronavirus, le laboratoire est dénoncé pour avoir sournoisement profiter du simple patient.
Ce dépistage consistant à pratiquer une série de tests sérologiques, deux précisément, a été facturé ces derniers jours pour le commun des mortels à 2 500 DA, alors qu’il était plafonné à 2 000 DA, avant l’annonce de l’offrande destinée aux personnels sur le front de la guerre contre la covid-19, soit une augmentation de 500 DA, que d’aucuns avaient jugée excessive.

Une tentative de joindre les responsables du labo, dont le siège est situé à la cité des Combattants à Constantine, afin de connaitre les raisons à l’origine de cette augmentation n’ont malheureusement pas abouti.

Toutefois, et afin d’en savoir davantage sur la technique utilisée lors de ce test, un des ingénieurs du laboratoire de bactériologie du CHU Dr Benbadis, a précisé que ce dépistage consiste à évaluer des indications des tests sérologiques détectant les anticorps anti-Sars-CoV-2, coronavirus responsable de la pandémie covid-19.
« Un test sérologique est un test réalisé par prélèvement sanguin. Il permet de distinguer la présence ou non d’anticorps anti-coronavirus. Il existe un grand nombre d’anticorps, les plus importants sont les immunoglobulines M et G, IgM et IgG », dit-il avant de préciser, qu’ils existent plusieurs types de tests sérologiques : les tests automatiques ELISA et les tests rapides. En fonction de la technologie qu’ils utilisent, ils peuvent détecter : soit les IgM, soit les IgG, soit les deux.
En conclusion dit-il : « ces tests indiquent si la personne a développé des anticorps contre le coronavirus et a donc contracté la COVID-19, même sans avoir eu de symptômes ».

Le technicien a par ailleurs rajouté que la réponse immunitaire, consistant en la synthèse par le patient d’anticorps contre l’agent viral, ne suffit pas à elle seule à évacuer le danger provoqué par le virus, mais contribue de façon significative à faire baisser la charge virale et par conséquent peut aider le corps avec l’apport médicamenteux à surmonter la maladie. « La concentration sérique en IgM et IgG peut définir la gravité de l’infection », dit-il en substance.

Pour rappel, les tests effectués par l’annexe de l’institut Pasteur de la capitale de l’Est par une tout autre technique, la PCR, ont atteint les 25 000 tests. Plusieurs wilayas continuent de solliciter le laboratoire constantinois lequel semble carrément dépassé par le flux de plus en plus important des échantillons envoyés par les établissements sanitaires de toute la région.
Seuls Batna, Sétif et récemment Annaba se sont finalement dotés de moyens de dépistage par la technique de PCR (Réaction en chaine par polymérase qui elle consiste à mettre en évidence via une enzyme, la polymérase, la présence de génome du virus, l’ARN (acide ribonucléique). Les prélèvements se font par voie nasale. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email