-- -- -- / -- -- --
Nationale

Les prix des denrées alimentaires instables à Tizi-Ouzou

Les prix des denrées alimentaires instables à Tizi-Ouzou

Les prix des denrées alimentaires, notamment ceux des fruits et légumes, sont très instables à ce jour dans la wilaya de Tizi Ouzou et plutôt élevés. En matière de légumes, le chou-fleur est affiché à 80 DA le kg, l’aubergine à 110 DA, le haricot vert à 240 DA, l’artichaut à 110 DA, la pomme de terre à 65 DA et la courgette à 113 DA.
Le poivron est cédé, pour sa part, à 90 DA le kg, la tomate à 130 DA, le piment à 90 DA et la salade verte à 80 DA. Les fruits, quant à eux, sont chers en ce début de ramadhan. La pastèque est proposée entre 65 et 70 DA le kg, le melon à 200 DA et l’orange à 130 DA. L’orange dite de qualité est, elle, proposée à 400 DA alors que la pêche l’est à 180 DA.
Et pourtant, ce fruit est loin d’être juteux. Certaines pêches sont même aussi dures que le granit. Les nèfles ne sont pas quantifiées en kg. Ce fruit, pourtant de saison, est proposé au client dans une petite boîte cartonnée dont le poids ne dépasse guère 300 grammes.
Cette vente, peu honnête, est pratiquée à Tizi Ouzou depuis deux années déjà. Le prix de la boîte est de 200 DA. Un kilo reviendrait donc à 750 DA environ. Une escroquerie pratiquée avec intelligence car dans l’esprit du client, la concentration se porte sur les 200 DA seulement. L’idée d’avoir acheté seulement 300 g pour 200 DA lui échappe sur le moment vu que les autres fruits lui paraissent chers.
Concernant les viandes rouges et blanches, c’est l’envolée. Le poulet est proposé à 370 DA le kg et la viande rouge avec os et d’origine bovine l’est à 1 300 DA le kg. Avant le ramadhan, la viande blanche coûtait 280 DA le kg et la viande rouge avec os 1 970 DA. Quant au bifteck, son prix est de 1 800 DA alors que le filet est proposé à 2 100 DA. S’agissant de la viande ovine, le kilo n’est pas cédé à moins de 1 500 DA. En revanche, les prix qui connaissent une instabilité permanente sont ceux du poisson. Celui-ci était proposé hier au marché du centre-ville à 200 DA le kg. La veille, le poisson de même qualité était proposé à 700 DA. Devant de tels prix, une question se pose : qu’en est-il de la consommation des ménages ?
La question paraît ridicule et, pourtant, elle mérite une réponse. En fait, la consommation des ménages a chuté. Beaucoup de familles aux revenus moyens ne se contentent que de la chorba. Le plat de résistance est supprimé du menu. Les desserts de luxe n’y figurent pas non plus. A présent, il n’est pas rare qu’une orange soit partagée en deux. Interrogé sur les prix les jours à venir, un commerçant nous a répondu que les débuts de ramadhan sont connus en Algérie pour les augmentations de prix qu’affichent les fruits et légumes. « La baisse des prix ne tardera pas à faire valoir ses droits », conclut notre interlocuteur. Notons enfin que le lait en sachet fait toujours l’objet de disette à Tizi Ouzou. La direction du commerce de la wilaya s’est révélée impuissante face aux « contrebandiers ».
Le lait deTizi Ouzou destiné aux Tizi-Ouziens est revendu à un prix dépassant l’entendement dans les wilayas de l’intérieur du pays, avons-nous appris auprès de sources sûres.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email