-- -- -- / -- -- --
Nationale

Les partis commencent à sortir de leur léthargie

Les partis commencent à sortir de leur léthargie

A quelques jours de l’ouverture officielle de la campagne électorale le 9 avril, les partis politiques commencent petit à petit à sortir de leur léthargie.

Les formations politiques engagées dans la course n’ont pas attendu le coup d’envoi officiel de cette campagne pour se lancer dans la bataille électorale en vue de gagner des sièges au sein de la future composante de l’APN.

Hier, Abdelaziz Mokri, le président du MSP, invité à une émission matinale de la Chaîne III, s’est évertué à justifier la démarcation de son parti vis-à-vis des partisans du boycott en tenant à rappeler que le MSP fut la première formation à trancher

« Nous avions à saisir l’opportunité de ces élections pour apporter le changement escompté par les voies pacifiques », dit-il avant d’ajouter que le boycott « tend à la rupture totale et sous-tend des actions de la rue, ce que ne peut pas supporter le pays au vu des conjonctures extrêmement difficiles et tendues qu’il connaît », soutient-il.

Questionné sur le programme du MSP, le chef du parti a promis la publication imminente d’un fascicule exhaustif du programme. Mais sur la question de la promotion de la femme et l’absence de candidates dans ses listes, Mokri a indiqué que « 40% de femmes » figurent dans les listes du MSP.

Interrogé sur la disqualification surprise de la candidature de l’ex-président du parti Aboudjerra Soltani, il a esquivé la question, préférant dire qu’il « n’était pas au courant d’une telle information ». Sollicité sur les chances de son parti aux législatives, il a estimé qu’elle ne pouvaient être que « logiques ».

Selon Mokri, la victoire ne peut échapper à son parti. Il lance ensuite un sérieux avertissement en direction des plus hautes autorités : « Si nous ne l’emportons pas, c’est qu’il y aura eu anguille sous roche », assène-t-il.

Certains leaders de partis politiques sillonnent en effet le territoire national et renouent contact avec les populations locales. C’est le cas du RND qui, après avoir animé la semaine passée un meeting populaire à Tindouf, a réuni vendredi dernier son bureau national sous la direction de son SG, Ahmed Ouyahia, pour aborder les préparatifs liés à cette campagne électorale.

Parallèlement, le RND continue de mener, à travers son site web et les réseaux sociaux, une campagne de diffusion et d’explication de son programme électoral. Le parti d’Ouyahia a rendu publiques les grandes lignes de son programme-disponible sur son site Internet- articulé autour de « la préservation de l’unité nationale ».

Le RCD a lui aussi rendu public un programme politique dont il a consacré une bonne partie aux aspects économique et sécuritaire. Sous le slogan « Pour un nouveau départ », le RCD s’engage, au plan économique, à bannir la méthode en vigueur dans l’élaboration des lois de finances, consistant en une « distribution de la rente », et la remplacer par la « mise en œuvre d’un programme de numérisation de l’administration fiscale et la doter de moyens humains à la mesure de son rôle économique ». Des réformes touchant d’autres secteurs y sont également détaillées.
Pour sa part, le FLN a organisé une rencontre présidée par son SG, Djamel Ould Abbès, qui a réuni les candidats têtes de listes et les mouhafedhs.

Le FFS a mis à profit la rencontre nationale des jeunes du parti, organisée à Alger, pour mettre les bouchées doubles sur ses préparatifs pour ce rendez-vous électoral, dont il dit vouloir en faire une étape dans le processus de la reconstruction du consensus national et populaire dans l’objectif de créer les conditions d’un changement pacifique et démocratique.

Faisant état, par la même occasion, du retour de son site internet appelé désormais « le Lien », le FFS continue de réunir les coordinations de campagne dans différentes régions et annonce l’organisation, jeudi prochain, d’un meeting populaire à Bejaïa. Le PT est, lui aussi, à l’heure de la sensibilisation de ses militants, encouragés à défendre les préoccupations des citoyens et des ouvriers et de combattre l’enrichissement illicite.

Pour sa part, l’’Alliance entre Ennahdha, El-Adala et El Bina (UNAE) diversifie ses activités à travers le pays et ses candidats publient leurs différentes listes sur la toile sous le slogan électoral : préserver le pays et œuvrer pour l’intérêt public.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email