-- -- -- / -- -- --
Nationale

Les parents de Leticia réclament «la vérité»

Les parents de Leticia réclament «la vérité»

En attendant les résultats de l’enquête judiciaire pour définir les vraies causes du décès des deux nourrissons à Rouiba, et un autre à Blida, le ministre de la Santé vient de confirmer, que le vaccin Pentavalent doit demeurer en quarantaine.

Les propos de Abdelmalek Boudiaf, qui a écarté le fait que ce vaccin soit la cause de leur décès, sont loin de convaincre les parents des victimes.

Entre colère et détresse, les parents de Leticia Idou, ce bébé de 2 mois, décédé en juillet dernier, dans une clinique privée à Rouïba, après avoir reçu le vaccin Pentavalent, se posent des questions sur les causes réelles du décès des bébés.

Dans leur lettre intitulée « M. le ministre, de quoi est décédée notre fille ? « , les parents de Leticia réclament la « levée du voile sur la vérité quant au décès de notre fille pour enfin pouvoir faire notre deuil « .

Ils regrettent le fait que « ni les rapports d’autopsie ni les résultats des analyses toxicologiques ne sont publiés à ce jour « .
« Malgré toutes les affirmations du ministre de la Santé quant à l’innocuité du vaccin et son obstination à nier l’évidence, le Pentavalent a fini par être retiré définitivement du marché algérien (…) », soulignent dans leur lettre les parents de Leticia, lesquels regrettent le fait que le ministre « n’avance pas la moindre explication ou raison valable » de ce retrait.

Ce qui conforterait, selon eux, l’hypothèse de « la responsabilité directe » du vaccin dans le décès de leur fille. Si le ministre a affirmé qu’il préférait attendre les résultats de l’enquête enclenchée par la justice sur ce dossier pour définir les vraies causes des trois décès, cela ne l’avait pas empêché de soupçonner « une fièvre interne », « houmma dakhilia », pour reprendre son propos tenu en arabe).

« Une invention non répertoriée dans les encyclopédies médicales », soulignent les parents de la victime, qui ne manquent pas de dénoncer « des propos méprisants » du ministre pour avoir « minimisé l’affaire », en déclarant qu’ » il n’y avait que deux décès sur 7 enfants vaccinés à Rouïba », se rappellent-t-ils.
Il convient de noter que la décision de retirer le « Pentavalent » du marché a été prise par un comité d’experts mis en place à ce sujet.

« Devant les réticences vis-à-vis du vaccin combiné pentavalent observées aussi bien chez les parents que chez les prestataires de la vaccination, le Comité national des experts de la vaccination, après évaluation de la situation au regard des données nationales et internationales, notamment l’avis du Comité consultatif mondial de la Sécurité vaccinale de l’OMS, a considéré que cette situation est de nature à compromettre les résultats acquis aussi bien en termes d’adhésion de la population qu’en termes de couverture des populations cibles, et que tout recul de la vaccination constitue un risque important de résurgence de maladies mortelles évitables. », indique un communiqué du ministère de la Santé.

« Le principe de précautions doit être maintenu pour faire face aux réticences préjudiciables au programme élargi de vaccination « , précise encore le document. Le ministère de la Santé a, par contre, promis de changer de fournisseur.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email