-- -- -- / -- -- --
Nationale

Les parents appelés à vacciner leurs enfants

Les parents appelés à vacciner leurs enfants

La campagne de vaccination contre la rougeole et la rubéole des enfants scolarisés âgés entre 6 et 14 ans, qui devrait concerner environ 6,5 millions d’élèves, n’a finalement touché que 1,5 million d’enfants scolarisés, a révélé le directeur général de la prévention au ministère de la Santé, Smail Mesbah.

Le DG de la prévention a annoncé, lors de son passage hier sur les ondes de la chaine III de la radio algérienne, que les activités de vaccination contre la rougeole et la rubéole reprendront au terme des vacances de printemps, et qu’elles seront précédées par des opérations de communication et de sensibilisation sur la gravité que représentent ces deux maladies en particulier.

En effet, les « inquiétudes » soulevées par la campagne nationale de vaccination contre la rougeole et la rubéole en milieu scolaire ont fait réagir le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, qui a appelé les parents d’élèves à faire vacciner leurs enfants contre ces maladies graves.

Le Pr. Smail Mesbah a dénoncé « fortement », « l’aspect ravageur d’informations et de rumeurs infondées qui ont circulé parmi les parents et leurs enfants, faisant état de décès avant même, dit-il, que les opérations de vaccination aient débuté ». 

Selon lui, les résultats de cette campagne de vaccination, qui devait se dérouler du 6 au 16 mars 2017, n’ont pas été satisfaisant vu le nombre d’élèves qui ont été vaccinés. Le représentant du ministère n’a pas manqué de pointer du doigt les mesures « intempestives » réclamant une attestation signée des parents, laissant supposer que ceux-ci sont responsables « de ce qui pourrait arriver à leur enfant » et qui, relève-t-il, sont à l’origine des « dégâts » portés à la campagne de vaccination.

En aucun cas, tient-il à préciser, les services de santé n’ont demandé une quelconque décharge des parents pour vacciner leurs enfants.

« Ce n’est pas une pratique de santé publique, ça ne l’a jamais été et ça ne le sera jamais », insiste-t-il, se déclarant incapable de cerner les auteurs de ces assertions. Soulignant que la vaccination est un principe intangible, en même temps qu’un impératif de santé publique, Smail Mesbah a déclaré qu’elle doit se poursuivre, parce que, c’est le seul élément qui permet de prévenir des maladies aussi graves que mortelles.

Le représentant du ministère prévient que faute de vaccination, des pathologies comme la poliomyélite, la rougeole et la rubéole risquent de refaire surface, comme cela a été le cas aux Etats-Unis et dans certains pays européens où elles ont provoqué des milliers de décès.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email