-- -- -- / -- -- --
Nationale

Les palmeraies en ligne de mire

Les palmeraies en ligne de mire

En raison de sa position géostratégique, avec une superficie agricole utile totale de plus de 40 000 hectares, la wilaya de Ghardaïa dispose d’énormes potentialités agricoles que lui envient beaucoup d’autres régions du sud du pays.

Ce qui constitue des atouts non négligeables pour un développement agricole harmonieux. Durant l’année 2016, le secteur agricole à Ghardaïa semble entrer de plain-pied et sans complexe dans le troisième millénaire, enregistrant ainsi de profondes mutations. 

Grâce à une stratégie mise en place par ses différentes structures et les différents responsables de ce secteur névralgique de l’économie nationale, la direction des services agricoles de la wilaya de Ghardaïa a posé les jalons nécessaires pour une meilleure prise en charge d’un secteur en perpétuel mouvement.

Ainsi, on peut dire que les différents programmes de développement de l’agriculture, décidés par le ministère de l’Agriculture et du Développement rural, sont exécutés de main de maître par le personnel agricole mobilisé en permanence.

Selon Sedki Djamel, chef de service au sein de la Direction de l’agriculture de Ghardaïa, outre sa vocation phœnicicole et arboricole, la wilaya de Ghardaïa recèle aussi d’excellentes potentialités céréalières de l’ordre de 2 137 hectares, qui ont permis durant l’année 2015 une production de 82 666,49 quintaux, notamment en blé dur, où les zones de Guerrara et d’El-Menia ont joué un rôle pilote dans sa production et dans la multiplication de cette culture très appréciée par les ménages sahariens pour assurer une autosuffisance conforme aux besoins de la région et permettre aux producteurs de s’intégrer pleinement dans les programmes de multiplication.

Par ailleurs, la DSA a pu obtenir de nombreux programmes ambitieux destinés à l’extension du plan agricole en matière de forage de puits, de construction de bassins et de fourniture de palmiers dont le nombre à ce jour atteint largement les 1 262 000 palmiers, dont 1 116 000 productifs, pour une production réalisée estimée à 571 000 qx/an.

Avec l’avènement des différents plans nationaux de développement de l’agriculture, ce secteur a connu un essor appréciable se traduisant par : une amorce de la dynamique de développement agricole à travers la wilaya, un accroissement du potentiel d’offre agricole, une amélioration sensible dans la gestion et la protection des ressources naturelles et un renforcement du rôle socioéconomique du secteur agricole.

Quant à la problématique majeure que connaît en ce moment le secteur agricole de la wilaya de Ghardaïa, elle est liée au vieillissement et aux maladies du patrimoine phœnicicole, objet de traitement et de prévention contre les maladies dites du « Myrelois » (la chenille de la datte) et de « Boufaroua ».

Une vaste campagne de traitement simultanée de ces deux maladies, extrêmement nuisibles au palmier dattier et à sa production, est menée. Elles se manifestent par la présence de vers à l’intérieur de la datte, pour le « Myrelois », et d’acariens sous forme de toile d’araignée tissée sur les régimes de dattes, pour le « Boufaroua ». Ainsi, 700 000 palmiers ont été traités à ce jour à travers les communes de Ghardaïa, El-Ménia, Metlili, Zelfana, Berriane et Guerrara.

Ainsi, dans les jours à venir, ladite opération, qui a débuté au début du mois de juin dernier, touchera l’ensemble des 13 communes de la wilaya au titre de cette campagne.

Ces différentes actions de prévention, programmées et pilotées conjointement par les services de la DSA de la wilaya et l’Institut national de protection des végétaux (INPV), auront donc pour points d’impact des zones affectées par ces maladies à travers le territoire de la wilaya.

Le programme de traitement élaboré pour la présente campagne comporte de multiples opérations ayant trait à la pulvérisation sur les palmiers contaminés des produits dits « Poudre Dimilin », pour le traitement du Myrelois (chenille de la datte), et « Morestan-PM » (produit chimique à caractère acaricide), pour le traitement du « Boufaroua ».

Parallèlement aux actions de traitement en cours, avec l’appui technique des agents de la station régionale d’El-Achbour de Ghardaïa, les responsables du secteur agricole comptent entreprendre une série d’initiatives, axées principalement sur la sensibilisation des agriculteurs sur l’unité du palmier et l’importance de ces actions préventives qui doivent être menées d’une manière périodique, dans le but de sauver la production phoenicicole qui, semble-t-il , est prometteuse cette année.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email