-- -- -- / -- -- --
Nationale

Les oulémas algériens appel à une période de transition

Les oulémas algériens appel à une période de transition

C’est une entrée surprenante dans le paysage politique de la part de nos savants religieux. Ils sont une trentaine d’éminents oulémas algériens à avoir lancé une initiative politique d’envergure, et qui risque d’avoir de lourdes conséquences et surtout une large adhésion de la part des jeunes du mouvement populaire et des partis politiques. Ils viennent de se positionner clairement en faveur du mouvement populaire et de ses revendications, celles du changement radical du système de gouvernance, et appellent à une période de transition menée par une « personnalité consensuelle ».

Dans une tribune rendue publique ce jeudi, ces savants de l’Islam algérien, connus pour leur sens de la modération, dont le doyen Tahar Aït Aldjat, appellent l’ANP, la classe politique et le hirak à aller vers une période de transition pour éviter au pays l’impasse intégrale.

Dans leur déclaration diffusée avant-hier, les savants, qui disent représenter toutes les régions du pays et toutes les écoles doctrinaires, appellent le peuple algérien à sauvegarder l’unité nationale, à s’attacher au pacifisme et à défendre les valeurs de souveraineté.

Ils sollicitent « l’esprit patriotique » de l’élite pour s’élever au niveau des revendications du hirak relatives à la « rupture » avec les pratiques du passé avec « toutes ses souillures et ses corrompus ». Ils saluent l’institution militaire « qui veille à la protection de la patrie et à l’accompagnement du hirak en garantissant sa sûreté et sa sécurité ».

Les savants avertissent : « la situation dans le pays est dangereuse et complexe. Il faut donc intervenir rapidement et pacifiquement et d’une manière consensuelle pour régler la crise à travers la mise en application des articles 7 et 8 de la Constitution qui portent sur la souveraineté du peuple. Le référendum fait par le peuple durant les vendredis du hirak suffit à lui-même ».

Les oulémas proposent de confier la direction de la période de transition à celui « qui a l’approbation de la majorité du peuple pour aller vers des élections libres, honnêtes et crédibles ». La personnalité désignée aura après à composer un gouvernement de compétences

nationales, « non condamnées dans les différentes périodes de notre Histoire », et à créer une instance pour superviser et organiser les élections.

Ils proposent la tenue d’une conférence de « dialogue national global, sans aucune exclusion ». « Cette conférence aura à mettre les repères pour l’avenir du pays et adopter une feuille de route pour une nouvelle politique mettant à l’abri la patrie et le citoyen du pourrissement politique, économique, social et culturel et protéger le pays de toutes les formes de dépendance et d’allégeance, à part celle faite au peuple », détaillent-ils.

Les savants appellent à ouvrir la voie « à une saine compétition » devant les gens honnêtes et braves qui aspirent à diriger l’Algérie en s’engageant à « protéger le pays, défendre ses acquis, développer ses vocations et à mieux exploiter ses ressources ».

Les savants, qui se disent prêts à contribuer à toutes les initiatives allant dans le sens du « renforcement des rangs », soulignent que leur appel est ouvert à la signature de tous ceux qui partagent leurs convictions.

Cet appel-proposition inédit des oulémas algériens est signé par près d’une trentaine de savants. En plus du prestigieux doyen et centenaire Mohamed Tahar Aït Aldjat, on retrouve les paraphes du Dr Abderrazak Guessoum, président de l’Association des Oulémas musulmans, Belhadj Chérifi, membre du Conseil « aâmi Saïd El Ibadi », Saïd Chibane, ancien ministre des Affaires religieuses, Abdelhamid Abou El Kacem, membre du Conseil aâmi Said et nadher principal des biens waqfs ibadites, Mohamed El Maâmoun El Kacimi, cheikh de la zaouïa d’El Hamel de Bou Sâada et président de la ligue des zaouaya rahmaniya, entre autres.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email