Les Ouacifs : Beaucoup de projets et peu de développement – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Les Ouacifs : Beaucoup de projets et peu de développement

Les Ouacifs : Beaucoup de projets et peu de développement

La daïra des Ouacifs, qui compte trois communes, à savoir les Ouacifs, Aït Boumahidi et Aït Toudert, est très peu développée en dépit des nombreux projets de développement que l’Etat lui a attribués. Cette amère réalité a été, encore une fois, mise à nu ce lundi, à l’occasion de la visite de travail et d’inspection du wali Djillali Doumi, effectuée dans cette région située à 60 km environ à l’est du chef-lieu de la wilaya de Tizi Ouzou.

En effet, le wali de Tizi Ouzou a déploré 80 opérations non lancées ou à l’arrêt, pour un montant évalué à 20 milliards de centimes. Djillali Doumi a signifié aux responsables locaux, d’une façon on ne peut plus claire, la nécessité d’associer les comités de village à la gestion des communes. «Les comités de village, ou tajmâat, sont un élément ancestral qu’on doit sauvegarder. On doit leur donner l’occasion d’accompagner le développement local», a déclaré M. Doumi. Aussi, le wali a décidé de donner une suite favorable à plusieurs doléances citoyennes. En effet, concernant le stade communal, le wali a ordonné la réalisation des tribunes, la réfection des vestiaires ainsi que de deux terrains matico.

Au niveau des Ouacifs-Centre, Djillali Doumi a également annoncé la prise en charge du mur de soutènement de la cité 34-Logements ainsi que celle du glissement de terrain au niveau de la cité 187-Logements. Concernant la pollution menaçant, depuis de longues années, la santé des habitants du centre-ville des Ouacifs – une pollution causée par le ruisseau charriant des eaux usées – le wali a instruit les responsables de déterrer le projet de réalisation d’une station d’épuration.

Le projet en question, qui remonte à 2011, a été frappé de gel pour cause de disette financière. Cependant, suite au constat de la laideur des lieux, le wali a jugé que la situation ne peut plus durer, d’où sa décision concernant le dégel du projet de réalisation de la station d’épuration, seul moyen de mettre un terme définitif au risque d’une éventuelle maladie et de donner à la ville des Ouacifs l’esthétique qu’elle mérite.

C’est aussi pour motif d’embellissement que Djillali Doumi a chargé le directeur des travaux publics de la wilaya d’engager une étude quant à la réalisation d’un nouveau pont devant relier les parties est et ouest de la petite ville, l’ancien pont étant d’une étroitesse exagérée. S’agissant de l’hôpital, dont le projet est frappé de gel, à l’instar d’ailleurs de ceux de Ouaguenoun, Mekla et Béni Douala, le wali s’est contenté de dire : «L’étude du projet de l’EPH des Ouacifs est faite. Je suis convaincu qu’il sera réalisé. Si l’Etat a concrétisé son étude, c’est qu’il compte le réaliser.»

Dans la commune d’Aït Toudert, le wali a visité l’école primaire Chahid Amrouche-Arab, qui nécessite des réfections, ainsi que deux projets de logements, à savoir le projet des 70 logements sociaux locatifs et les 80 logements publics locatifs. «A Aït Toudert, on a encore la capacité de placer des logements», a indiqué Djillali Doumi.

Il a instruit la direction du logement et l’OPGI de se pencher sur le volet. «L’instruction est donnée aux P/APC de ne pas rester accrochées à des programmes qui ne sont pas lancés», a-t-il affirmé, expliquant qu’à Aït Toudert, «il y a 34 opérations à l’arrêt pour un montant de 4 milliards de centimes».

Dans la commune d’Aït Boumehdi, le wali s’est rendu au village Timeghras, lequel a bénéficié d’une opération de rénovation du réseau d’alimentation en eau potable sur une distance de 700 mètres (Timghras-Tirouel). Un réseau qui subit de nombreuses fuites, d’où la perte d’environ 60% de la ressource.

La localité a également bénéficié d’un projet, inscrit au titre du programme sectoriel pour l’année 2022, portant sur le bitumage d’un axe routier pour un montant de 60 millions de dinars, et ce en plus de la réévaluation d’un ancien projet de bitumage des axes principaux du village Timeghras.

La sortie du wali dans la daïra des Ouacifs est, semble-t-il, à considérer comme de bon augure. Elle appuie certainement sa récente déclaration selon laquelle 2022 sera l’année des défis dans la wilaya de Tizi Ouzou.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email