-- -- -- / -- -- --
Nationale

Les opérateurs mexicains prospectent le marché algérien

Les opérateurs mexicains prospectent le marché algérien

Onzième puissance économique mondiale et première en Amérique latine, le Mexique pourrait contribuer à l’installation d’une solide base industrielle en Algérie à travers des projets de partenariats.

Selon l’ambassadeur de Mexique en Algérie, Juan José Gonzalez Mijares, les entreprises mexicaines sont prêtes à investir en Algérie de sorte à contribuer à la diversification de l’économie algérienne et au développement de son tissu industriel.

« Il y a un intérêt de la part de nos entreprises mexicaines pour le marché algérien et notre rôle c’est de les aider en leur faisant découvrir les potentialités de ce marché porteur et les opportunités d’affaires qu’il présente pour les opérateurs étrangers », a-t-il affirmé hier à Alger lors du forum d’Affaires algéro-mexicain organisé par la Chambre de commerce et d’industrie (CACI).

Le diplomate mexicain a précisé que la plupart de ces entreprises sont des multinationales qui souhaiteraient être présentes sur le marché de l’Algérie du nord. Interrogé sur les secteurs clés susceptibles d’intéresser la partie algérienne, M. Mijares a assuré que les entreprises de son pays sont réputées pour leur performance dans le domaine de la fabrication des pièces détachées automobile, le bâtiment, l’industrie pharmaceutiques, la biotechnologie, l’agriculture, l’élevage des bovins et la pêche.

Concernant le partenariat dans le secteur énergétique, le diplomate mexicain a affirmé que son pays, qui est le 9e plus grand producteur de pétrole au monde, est réputé pour ses compétences dans les installations des équipements pétroliers et gaziers et pourraient donc apporter son expérience à l’Algérie dans ce domaine.

L’ambassadeur a toutefois admis que les relations économiques bilatéraux sont très en deçà des potentialités existantes des deux pays et du niveau de leurs relations diplomatiques et amicales qu’il qualifie d’excellentes. Il a admis que les entreprises mexicaines sont quasiment absentes en Algérie, mise à part l’entreprise des matériaux de construction Simex et deux autres petites entreprises pharmaceutiques qui travaillent avec l’Institut Pasteur.

Abondant dans le même sens, le président directeur général de la CACI, Mohamed Laïd Benamor, a affirmé que le volume des échanges commerciaux entre les deux pays n’a pas excédé un milliard de dollars durant la période cumulée entre le 1er janvier 2013 et la-mi novembre 2014. « L’Algérie exporte vers le Mexique essentiellement du gaz propane, alors que les achats de ce pays sont constitués de blé, de légumes secs et d’équipements médicaux », a-t-il détaillé.

« Nous souhaitons que cette rencontre soit un jalon supplémentaire pour donner un nouvel élan aux relations algéro-mexicaine basées sur un partenariat solide », a-t-il déclaré.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email