-- -- -- / -- -- --
Nationale

Les observateurs : Les partis de l’opposition réagissent

Les observateurs : Les partis de l’opposition réagissent

Deux partis et non des moindres, le RCD et le MSP, ont fait état de dépassements, d’irrégularités et d’entorses au processus électoral.

Le RCD s’est dit, lui, outré par les pratiques administratives dans une conjoncture ouverte à toutes les aventures : « Dans un contexte de grande confusion politique et de sévères tensions sociales, il s’agissait, à la fois, d’être présent dans des zones où la fraude pouvait être réduite et de vérifier s’il allait apparaître des signes et des actes de responsabilité attestant d’une évolution positive dans les pratiques administratives avec une conjoncture ouverte à toutes les aventures », explique le parti.

Selon ce dernier, cette élection a également été « entachée par des irrégularités » dépassant largement les traditionnelles manipulations.

« Le vote groupé des corps constitués a servi à doper les candidatures du pouvoir et de ses satellites et le comportement partial de l’administration s’est aggravé », poursuit-il. Pour le leader de la formation MSP, la fraude a été pire que celle de 1997 : « Nous avons constaté une fraude large, pire que ce que nous avons vu en 1997. Nous avons des preuves, des images, des vidéos et des documents.

Dans certaines régions, nous ne pouvons pas prouver le détournement des voix parce que les contrôleurs ont été chassés des bureaux, et parfois nous n’avons pas pu avoir les PV. Les wilayas connues pour être un fief de notre parti ont été particulièrement ciblées comme Blida, El Oued et M’Sila. La violence a été utilisée contre nous sans intervention des autorités. À El Oued, un candidat du FLN a proféré des menaces de mort sans être inquiété », a-t-il affirmé lors d’une conférence de presse.

Un document montrant le décompte des voix dans plusieurs communes de la wilaya de Blida a été remis aux journalistes : « Vous constatez que dans la commune de Blida, par exemple, le FLN a eu 7 031 voix, selon le PV de dépouillement. Le PV de décompte dressé à l’APC donne 37 178 voix à ce parti. En tout, le FLN a eu 53 446 voix de plus. C’est un scandale. Cette situation a été constatée dans plusieurs autres régions du pays », a-t-il souligné. 

« Nous avons eu affaire aux pratiques de Baltaguia. Le ministre de l’Intérieur a, lui-même, annoncé un taux de 29% de présence de scrutateurs des partis dans les bureaux de vote. Autrement dit, 70% des bureaux n’étaient pas contrôlés », a expliqué Makri, précisant que le MSP a les moyens d’avoir des contrôleurs dans tous les bureaux.

Selon lui, les encadreurs de l’opération électorale ont été changés à la dernière minute : « Ceux qui ont été ramenés avaient pour mission de frauder. Le but de prolonger le vote pendant une heure était de bourrer les urnes et de changer les PV.

Les chefs de daïra ont joué un grand rôle en ouvrant la voie au FLN et au RND », a-t-il accusé. Le chef de la mission des observateurs de la Ligue arabe, Saïd Abou Ali, a affirmé hier à Alger que l’opération électorale s’est déroulée dans le respect des critères d’intégrité, de transparence et d’objectivité, soulignant qu’elle reste « un bon exemple pour le monde entier et particulièrement pour les pays arabes » lors d’une conférence de presse consacrée à la présentation du rapport préliminaire de la mission.

« L’excellente organisation et les moyens mobilisés reflètent le bon niveau de préparation » a-t-il ajouté, affirmant que l’Algérie a « donné à travers ce scrutin un bon exemple » au monde entier et aux pays arabes en particulier : « Nous sommes face à une grande expérience opérée à la lumière des amendements constitutionnels et de la mise en place d’instances de contrôle de l’opération électorale », a indiqué le chef de la mission des observateurs arabes, soulignant que la mission des 120 observateurs déployés à travers les 3 385 bureaux de vote dans les 967 centres du pays, s’est assurée de la conformité des mesures et des moyens avec les textes constitutionnels et juridiques régissant l’opération électorale et les critères internationaux.

Les observations ont porté sur presque toutes les phases de l’opération électorale, a ajouté M. Abou Ali, les qualifiant de « bonnes » en général et conformes à la loi algérienne et aux normes internationales en vigueur. 

Relevant cependant des carences qui, a-t-il dit, « ne peuvent être assimilées à des dépassements ou des violations de la loi » estimant qu’il s’agit de faits individuels « sans incidence aucune sur le déroulement de l’opération électorale, à l’image de la propagande électorale via les réseaux sociaux ». 

Pour ce qui est de la date de publication du rapport final de la mission de la Ligue arabe, M. Abou Ali a indiqué que les observations vont être examinées et reformulées sous forme de recommandations, relevant que le rapport sera prêt d’ici un mois et demi et sera remis à l’Algérie par le Secrétaire général de la Ligue arabe, Ahmed Abou el Gheit. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email