Les nouveautés de la rentrée universitaire 2022/2023 – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Les nouveautés de la rentrée universitaire 2022/2023

Les nouveautés de la rentrée universitaire 2022/2023

La rentrée universitaire 2022/2023 sera caractérisée par l’orientation exclusive des bacheliers vers certaines filières ainsi que l’ouverture d’une nouvelle école, en sus de la révision de la carte de formation de certaines spécialités.

C’est ce qu’a fait savoir Djamel Boukezzata, directeur général de la formation au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique (MESRS), lequel a affirmé que les modalités d’inscription des nouveaux bacheliers restent inchangées.

La promotion de l’enseignement des mathématiques et l’encouragement des élèves à opter pour cette filière a été au centre des débats du séminaire national sur l’enseignement des mathématiques, tenu samedi dernier. Le département de l’Enseignement supérieur veut aussi booster cette filière, qui a connu une désertion ces dernières années.

Ainsi, les bacheliers de cette année auront la priorité d’être orientés vers certaines filières à l’université, et ce à compter de cette rentrée universitaire. Quatre nouveaux parcours universitaires sont en effet proposés aux détenteurs du bac technique mathématique pour l’année universitaire 2022/2023.

C’est ce qu’a affirmé Djamel Boukezzata, directeur général de la formation au MESRS, qui s’est exprimé hier sur les ondes de la radio Chaîne 3. Il s’agit de nouvelles formations de génie civile, génie mécanique, génie électrique et génie de procédés, selon les précisions de ce responsable, lequel a indiqué que « ces formations seront domiciliées dans trois établissements universitaires, à savoir Blida 1, Sétif 1 et l’université des sciences et technologies d’Oran. L’accès à ces parcours s’effectue à partir d’une moyenne pondérée. 

De nouvelles formations seront également proposées aux nouveaux bacheliers. Il s’agit de deux formations d’ingénieur ; l’une en informatique et l’autre en sciences et technologies. L’intervenant a aussi annoncé l’intégration d’une formation LMD au niveau de la faculté de pharmacie. Elle concerne l’industrie pharmaceutique et l’auxiliaire en pharmacie. Selon M. Boukezzata, qui a annoncé la création du 15e domaine de la formation, à savoir celui de science la santé, le lancement de ces formations est dicté par le besoin d’adaptation des formations universitaires au marché du travail. « C’est un enjeu majeur, il s’agit d’assurer l’employabilité des diplômés », a-t-il souligné, d’où la révision permanente des offres de formation à même de s’ouvrir sur les métiers d’avenir.   

Notons que « former utile » est le maître mot du département de l’Enseignement supérieur, qui a déjà lancé la révision de la cartographie des formations universitaires dans le but de répondre aux besoins du marché socio-économique mais, surtout, de garantir l’employabilité des diplômés. 

Le nouveau de cette rentrée universitaire consiste aussi en l’ouverture d’une école supérieure de l’agronomie saharienne. L’agriculture saharienne, faut-il le signaler, occupe une place importante dans le secteur de l’agriculture compte tenu de son importance dans la sécurité alimentaire du pays. « Le réseau des écoles supérieures va être consolidé par l’ouverture de l’Ecole nationale supérieure d’agronomie saharienne, à Adrar et El-Oued », a annoncé le directeur général de la formation au MESRS, en sus de la révision de la carte de formation de la spécialité vétérinaire. « Dans une démarche participative avec le ministère de l’Agriculture, nous nous sommes mis d’accord pour étendre la formation de vétérinaire à six ans au lieu de cinq ans. Cette mesure est applicable aussi bien pour l’Ecole nationale vétérinaire que pour les instituts domiciliés dans les universités », a-t-il noté. 

Du changement aussi dans le statut des spécialistes d’information et de communication, qui ne seront plus un sous-domaine des sciences et humaines et sociales mais un domaine à part entière à partir de la rentrée universitaire 2023-2024. 

Pour ce qui est des modalités d’inscription des nouveaux bacheliers, le représentant du département de l’Enseignement supérieur a affirmé qu’elles restent inchangées. « Le bachelier doit faire au minimum six choix et dix au maximum, avec le choix de deux parcours LMD », a-t-il précisé, notant que l’orientation se fait sur la base de la note pondérée, comme l’année précédente. L’inscription est dématérialisée à 100%, dans toutes les étapes, y compris le recours au e-paiement, a encore noté le responsable. 

 

 

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email