-- -- -- / -- -- --
Nationale

Les musulmans de France privilégient le dialogue

Les musulmans de France privilégient le dialogue

Dans l’objectif de rappeler les valeurs de tolérance de l’islam et débattre des moyens de prévention auprès des jeunes pour ne pas verser dans la radicalisation religieuse et le terrorisme, un colloque a été organisé, récemment, à Lyon en France.

Le basculement de certains jeunes dans l’intégrisme suivi de l’attentat terroriste perpétré le 7 janvier dernier contre le journal Charlie hebdo a révélé une véritable situation d’incompréhension des non- musulmans envers l’islam et ses valeurs basés sur la tolérance. C’est ce qui a été souligné lors du colloque sous l’égide du Rassemblement des Musulmans de France (RMF) avec la participation des membres du Culte Musulman en France et du recteur de la Mosquée de Lyon.

L’occasion pour la communauté musulmane de réagir face à cette cacophonie et de lever les amalgames au sein de la société française. Les musulmans de France ont ainsi privilégié le dialogue et la concertation en organisant cette rencontre dont « l’intérêt est d’expliquer combien l’islam du juste milieu est impliqué dans la lutte contre l’extrémisme et la radicalisation » a déclaré la procureur générale de Lyon qualifiant sa présence « d’indispensable » dans la mesure où « l’initiative du RMF ou toute autre organisation qui représente les musulmans de prendre la parole en ces moments difficile pour mieux faire connaitre l’islam semble une démarche intéressante qui devrait être soutenue.

L’ensemble des autorités de l’Etat qui œuvrent contre les effets extrémistes de la radicalisation ainsi que pour la prévention doivent comprendre une question fondamentale qu’est : comment peut –on, en étant musulmans ou pas, se radicaliser, brusquement, et devenir terrorisme ? ».

Kamel Kabtane, recteur de la Grande Mosquée de Lyon, a estimé que « la communauté musulmane en France a vécu et vit encore une situation des plus difficile qui amène à réfléchir sur la démarche à adopter de la part des responsables religieux ». Aussi, il a été décidé de privilégier le dialogue à travers des rencontres et le discours prôné dans le prêche du vendredi. « Les paroles à elles seules ne suffisent pas. Il faut une formation adéquate des imams. »

Il explique : « Il faut compléter la formation théologique des imams de France par une formation pratique en adéquation avec la réalité de la société française ».Il révèlera que : « Plus de 70% de la population carcérale est musulmane (de culture ou d’origine) » et reconnait qu’« il n’existe pas réellement de réponse à apporter à ces gens-là alors que pour certains ils découvrent l’islam véritablement pour la première fois ». Kabtane qui a le courage de reconnaitre « l’essoufflement de la représentation musulmane en France » appelle à la restructuration et prévient qu’« il faut agir auprès des jeunes et les éloigner d’un islam qu’ils peuvent apprendre d’internet ou d’imams autoproclamés ».

Dans le même sillage, Walid Naas, vice president du culte musulman à Lyon pour la région Rhône-Alpes a soutenu que « la radicalisation existe au niveau mondial et dans toutes les religions mais il n’est pas question d’être fatale et lutter contre ce phénomène ».

Il souligne avec force que « les musulmans doivent comprendre absolument qu’il leur est impossible de vivre en France ou ailleurs sans prôner les véritables valeurs de l’islam qui sont synonymes de tolérance, d’ouverture, de respect de l’autre et contre toute forme de violence. Il est important également que les français puissent comprendre à leur tour que les six millions de musulmans en France sont innocents de toute cette violence et que l’amalgame est un dérapage dangereux. La radicalisation n’a ni de religion ni de pays ni de nationalité ».

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email