-- -- -- / -- -- --
Nationale

Les moutons de l’Aïd inondent le marché parallèle

Les moutons de l’Aïd inondent le marché parallèle

Très offensifs sur le marché, les vendeurs de moutons de l’Aïd El Adha, maquignons professionnels ou convertis pour l’occasion, se sont imposés dans certains quartiers de la capitale malgré les points de ventes fixés par l’Etat pour endiguer l’anarchie habituelle qui règne à l’approche de la campagne commerciale des moutons de l’Aïd.

Des locaux de cyclistes, de denrées alimentaires ou même des pizzérias se transforment du jour au lendemain en hangars pour moutons et magasins pour le stockage des aliments de batail, avec tout l’inconfort que cela engendre pour les pauvres bêtes. Les maquignons, en quête de gain rapide, recourent même aux sites spécialisés tel Oued Kniss pour vendre leurs troupeaux au détail.

Des moutons qu’ils ont acquis à un prix bien moins cher avec la certitude d’avoir investi pour gagner gros. « Je vends des moutons en bonne santé kharfane tnay ; pour plus d’infos, appelle-moi, merci », lit-on sur le site spécialisé de Oued Kniss. « Mouton bon état, prix raisonnable, 40 000 DA prix négociable », lit-on encore sur le même site. 

Cependant, ces annonceurs ne mentionnent pas le certificat du vétérinaire attestant du bon état sanitaire de l’animal. Pourtant l’état de santé des moutons est le sujet qui préoccupe le plus les citoyens après le scandale de la viande avariée qui a éclaté l’année dernière, en plein jour de l’Aïd, gâchant la fête de nombreuses familles. Rendus méfiants par cette viande bleuâtre, les algériens ne sont pas prêts à revivre ce cauchemar dont les causes restent toujours mystérieuses en laissant libre cours aux spéculations.

On parlait à l’époque de moutons bourrés d’hormones ou d’additifs alimentaires pour les engraisser et accélérer leur croissance, mais aucune version officielle n’a été avancée pour éclairer l’opinion publique.

Pour cet Aïd, le ministère responsabilise le citoyen en l’invitant à acheter son mouton dans les 23 sites de vente officiels fixés par ses services, où un dispositif de couverture sanitaire est assuré par les services vétérinaires du secteur. Pour rappel, les sites retenus sont situés dans les quatre grandes wilayas, à savoir Alger, Annaba, Constantine et Oran, sachant que pour la capitale, un appoint de cinq autres sites a été défini dans quatre wilayas limitrophes.

Pour la wilaya d’Alger, six sites de vente ont été aménagés aux Pins maritimes, à Bab Ezzouar, Aïn El Benian, El Hamiz, Rouiba et Birtouta. S’y ajoute l’appoint de cinq autres sites situés dans les quatre wilayas limitrophes, à savoir Tizi-Ouzou, Boumerdès, Blida et Tipasa. Pour la wilaya de Constantine, cinq sites ont été identifiés à El Khroub, Ouled Rahmoun et Ibn Zied. 

Dans la wilaya d’Oran, les quatre sites retenus sont sis à Es-Senia, Tafraoui, El Kerma et Misserghin. Pour la wilaya d’Annaba, il a été retenu trois sites à El Bouni et à El Hadjar.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email