-- -- -- / -- -- --
Nationale

Les mosquées fermées jusqu’à la fin de l’épidémie

Les mosquées fermées jusqu’à la fin de l’épidémie

Le ministre des affaires religieuses et des Wakfs, Youcef Belmahdi a été catégorique, mettant fin aux polémiques naissantes.
Il a affirmé qu’il n’y aura pas de réouverture des mosquées avant la fin de l’épidémie du coronavirus. Le ministre qui intervenait, ce mardi, sur les ondes de la radio nationale, a admis comprendre le sentiment des fidèles de retrouver la mosquée, soulignant toutefois sa volonté de ne pas s’aventurer à prendre des risques.

Le ministre ajoute, dans ce contexte, que la Commission ministérielle des « fatwa » a toujours pris en considération l’avis du Comité scientifique dans le cadre des dispositions de lutte contre l’épidémie, pour rendre ses décisions.

A ce propos, Belmahdi a fait état de 166 contaminations et 15 décès
par Covid-19 dans les rangs des imâms, depuis le début de sa propagation en Algérie.
Pour ce qui est de l’Aid El Adha qui sera célébré ce vendredi, le ministre a décidé de maintenir les mosquées fermées, précisant que la prière de l’Aïd commence à partir de 06h00 et se prolonge vers l’après-midi, tandis que le sacrifice aura lieu à partir de 06h30.

Le ministère de affaires religieuses avait confirmé dans un récent communiqué que les prières de l’Aïd al-Adha seront effectuées dans les maisons, en raison des conditions sanitaires et des mesures prises par les pouvoirs publics afin d’endiguer la propagation la pandémie de Coronavirus dans le pays.

Il est à noter que la commission des fetwas installée par ce département a informé les citoyens que la prière d’El Aid doit être effectuée à l’intérieur des domiciles à cause du risque de propagation.
Tout comme les autorités sanitaires, la même commission appelle également à respecter scrupuleusement les mesures d’hygiène et de distanciation lors du sacrifice du mouton de l’Aid. Il est également conseillé de ne pas aller rendre visite à ses proches, à l’occasion de cette fête religieuse, pour éviter toute contamination.

Par ailleurs et pour ce qui est du pèlerinage du Hadj, le ministre a considéré que le non-accomplissement de cette obligation cette année est dû à l’incapacité de le faire, et c’est une satisfaction de la volonté de Dieu. « Les personnes qui n’ont pas accompli le Hadj cette année garderont leurs places dans le prochain pèlerinage si Dieu le veut », a-t-il rassuré.

En conclusion, le ministre a appelé à briser la chaîne de propagation de cette épidémie par la sensibilisation, interdisant en même temps de dissimuler la contamination par ce virus, et a qualifié la sortie de la personne infectée au public de bombe à retardement. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email