-- -- -- / -- -- --
Nationale

Les migrants subsahariens : Divagations d’un relai du makhzen

Les migrants subsahariens : Divagations d’un relai du makhzen

Un des relais médiatiques du makhzen marocain s’est encore une fois illustrer par une grossière manipulation l’Algérie accusée cette fois-ci de lâcher dans l’impunité la plus totale dans le désert des migrants transsahariens en situation irrégulière.

Le site « Le360.ma », dont la ligne éditoriale est fixée par le palais royale a, dans un de ses articles publié samedi, repris maladroitement d’une information diffusée quelques heures plus tôt par le site de Rfi (Radio France international) où il est fait état des récentes reconduites à la frontière de ressortissants africains en situation irrégulière en Algérie.

Le rédacteur de l’article, s’appuyant sur les dernières directives des pouvoirs publics algériens interdisant aux transporteurs publics et privés de laisser monter dans leur véhicules des migrants en situation irrégulière, a grossièrement détourné ce qui a été rapporté par le média français .

« Des migrants, arrêtés il y a une semaine à Alger et conduits à Tamanrasset (à l’extrême sud du pays), se sont vu annoncer par les forces de l’ordre qu’ils allaient « dans le désert », sans leur expliquer où ils seraient relâchés, a rapporté Radio France International (RFI) « , lit-on sur le site marocain.

Le rédacteur ose aussi prétendre que selon la radio française « l’Algérie a bien conclu un accord avec le Niger pour rapatrier ses ressortissants en situation irrégulière, mais parmi les personnes arrêtées, il y a plusieurs dizaines de ressortissants d’autres pays d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique centrale, dont certains sont des Maliens en situation régulière », dans un objectif clair de semer la discorde entre le plus grand pays d’Afrique et ses voisins.

Pour revenir à l’information diffusée par Rfi, le média français a plutôt mis l’accent sur le soucis rencontré par les autorités nigériennes dans la prise en charge de ces ressortissants à leur arrivée dans la ville d’Agadez, tout en rappelant les récentes reconductions à la frontière opérées par les autorités algérienne sur la base des accords conclus entre l’Algérie et le Niger.

Le support internet de la radio française a par ailleurs précisé qu’à leur arrivée dans la ville nigérienne ces migrants sont pris en charge par l’Organisation mondiale pour les migrations (OIM). Les agents de cette dernière chargés d’encadrer cette opération les séparent alors en deux groupes avec, les Nigériens d’un côté et les étrangers de l’autre.

Ces derniers sont ensuite acheminés dans leur pays d’origine à savoir, le Ghana, le Mali, le Nigeria ou encore la Gambie « , lit-on sur le site de Radio France Internationale, laquelle n’a aucunement cité de dérapage de la part de ceux chargés du côté algérien de les ramener à la frontière via la ville de Tamanrasset.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email