-- -- -- / -- -- --
Nationale

Les Maliens font confiance à l’Algérie : Un pied de nez au Maroc

Les Maliens font confiance à l’Algérie : Un pied de nez au Maroc


Le ministère malien des Affaires étrangères et la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) ont réitéré leur confiance dans la médiation algérienne qui les a conduits à un accord historique de règlement d’un vieux conflit armé et politique.


Dans des communiqués publiés séparément, chacune des parties fait observer l’importance de l’Algérie. La sortie de Bamako et de la CMA constituent un pied de nez au Maroc qui avait tenté, via ses canaux locaux et en France, de torpiller l’accord d’Alger.


Au lendemain de la publication d’un communiqué tendancieux par le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération marocain, le gouvernement malien et la Coordination des mouvements de l’Azawad ont apporté un cinglant démenti à la propagande mesquine du makhzen au sujet d’un dossier dont il voudrait s’emparer, sans raison fondée, et au détriment des parties maliennes concernées.


Il n’a même pas été nécessaire que l’Algérie réagisse à l’entreprise de sape du processus de médiation, les Maliens ont répondu diplomatiquement aux frères du royaume chérifien. Avec subtilité et fermeté !


Le 4 avril, un communiqué, on ne peut plus officiel, vient contredire les inepties du torchon ministériel marocain. « Le Gouvernement du Mali salue le mouvement d’ensemble des populations maliennes qui se sont exprimées de diverses manières, à travers le pays, en faveur de la signature de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, paraphé à Alger le 1er mars 2015 (…)


A cet égard, l’accord paraphé le 1er mars 2015, y compris par les représentants de la médiation internationale, dont l’Algérie est le chef de file, est un instrument privilégié porteur de paix pour le Mali et toute la région. »


Pour rappel, c’est le vendredi 3 avril que le département de Salaheddine Mezouar osait une nouvelle offense contre l’Algérie en diffusant un communiqué indigne d’un appareil diplomatique d’Etat. Le Maroc s’en prenant à « la manière unilatérale et opportuniste avec laquelle l’Algérie a conduit le dialogue inter-malien ».


Se prétendant aussi inquiet du « recul préoccupant que connaît le processus de paix au nord du Mali », allusion faite au refus du paraphe par la CMA. Un communiqué virulent qui déclare que « pour le Maroc, la solution à la crise malienne ne peut pas être obtenue, à coups de menaces, de manœuvres d’intimidation ou de chantage, surtout de la part de parties qui n’ont aucune légitimité pour le faire et qui ont toujours agi pour la déstabilisation de la région ».


On savait le voisin de l’Ouest irrité par la reconnaissance régionale et internationale du rôle stabilisateur de l’Algérie, mais un tel tissu de contre-vérités renseigne sur la panique de Rabat vis-à-vis des succès diplomatiques d’Alger.


 


… la CMA aussi !


Parce que au moment où les sujets du roi fabriquaient cette attaque verbale d’une extrême gravité, la CMA se trouvait justement à Alger pour marquer de nouveaux progrès dans le dialogue inclusif inter-Maliens. Il n’y a qu’à lire le communiqué de cette structure représentant les parties qui n’ont pas encore paraphé l’accord d’Alger.


« Une délégation de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) vient de clôturer un séjour en Algérie pour rencontrer les autorités de ce pays frère afin d’échanger sur le processus de paix en cours (…)


A cette occasion la Coordination des Mouvements de l’Azawad remercie vivement Son Excellence Monsieur Abdelaziz BOUTEFLIKA, Président de la République algérienne démocratique et populaire, le peuple frère et le Gouvernement algérien, pour leur disponibilité sans faille et leur hospitalité légendaire. » Comme mise au point à adresser aux détracteurs marocains, on ne pouvait pas mieux faire !


Les premiers concernés apportent le démenti cinglant en prouvant que la confiance absolue des autorités maliennes, des groupes rebelles et des différents membres de la médiation internationale à l’endroit de l’Algérie demeure intacte.


Encore une fois, le ministre des Affaires étrangères marocain a raté une occasion de se taire. Surtout à propos d’un sujet aussi sensible que le rétablissement de la paix civile au Mali qui ne mérite pas qu’on utilise la souffrance de son peuple pour tenter de nuire à l’Algérie.
 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email