-- -- -- / -- -- --
Nationale

Les malades sous insuline ne sont pas concernés

Les malades sous insuline ne sont pas concernés

La décision de limiter les bandelettes d’autosurveillance du taux de glycémie dans le sang, destinées aux diabétiques, à une seule boîte par trimestre ne touchera pas tous les malades atteints de diabète, a assuré hier le directeur général de la Sécurité sociale au ministère du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, Djaoued Bourkaib.

 « Cette décision portant sur la limite de l’usage des bandelettes d’autosurveillance glycémique épargne les diabétiques insulinodépendants (de type 1), les diabétiques (de type 2) traités par voie orale et injection d’insuline à la fois, ainsi que les diabétiques traités par voie orale exclusivement mais qui ont des difficultés à équilibrer leur glycémie », a-t-il précisé.

Ce même responsable du ministère a annoncé que cette décision, qui sera applicable après le mois de ramadhan, concernera uniquement les diabétiques de type 2 traités par voie orale exclusivement et dont le diabète est stable. Il a fait remarquer que l’excès de consommation de ce produit, disponible en tiers payant, est à l’origine de cette décision, avant de préciser que ces bandelettes sont à la charge de la sécurité sociale, à raison de 100 %.

« A travers cette décision, le ministère vise à rationaliser l’usage de ce consommable et à limiter les abus, sans porter atteinte à la qualité des soins ni à l’accès aux médicaments ou aux produits de santé », a-t-souligné. Pour lui, une boîte de bandelettes (50 unités) d’autosurveillance de la glycémie par trimestre « est suffisante » pour les diabétiques de type 2 stabilisés et traités par voie orale exclusivement pour contrôler d’une manière raisonnable leur glycémie, précisant que cette catégorie nécessite seulement quelques contrôles par semaine.

Il a affirmé, par ailleurs, que les diabétiques concernés par cette décision, mais qui « revendiquent plus d’une boîte par trimestre, au regard de leur état de santé, subiront un petit contrôle médical, à raison d’une seule fois, pour prétendre à ce droit », a-t-il ajouté. La consommation nationale en bandelettes d’autosurveillance glycémique est énorme puisque le marché algérien enregistre annuellement « une consommation de plus de 13 millions de boîtes », selon la même source.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email