-- -- -- / -- -- --
Nationale

Les listes des candidats créent la polémique

Les listes des candidats créent la polémique

Colère et consternation chez les citoyens d’Annaba concernant la confection des listes de candidature aux prochaines élections législatives. 

Pour comprendre mieux, nous avons sillonné plusieurs communes de la wilaya d’Annaba, qui en compte douze. A Annaba, chef-lieu de wilaya, les citoyens défavorisés ne cachent pas leur colère vis-à-vis de leurs prochains élus.

« C’est incroyable, nous allons élire au mois de mai les mêmes personnes qui n’ont jamais pris en charge les multiples doléances de la population ; nous n’avons jamais vu venir un élu nous soutenir quand nous revendiquions nos droits sociaux devant le siège de la wilaya (…) et c’est toujours l’administration locale qui règle nos doléances », nous déclare un groupe de citoyens de la commune d’Annaba. A El-Hadjar, commune distante de 12 kilomètres d’Annaba, même son de cloche.

« Une fois député, l’élu n’apparaît plus sur le terrain, il reste introuvable (…) aucun de ces élus n’a rendu compte, même annuellement, de son travail à ses électeurs ». Un groupe d’étudiants de l’université Badji-Mokhtar d’Annaba propose une commission d’éthique au niveau de l’APN qui obligera le député à rencontrer ses électeurs au moins tous les deux mois afin de lui permettre de connaître les nécessités de sa circonscription ».

Pour le moment, les citoyens, en passant devant les permanences des partis en lice pour les prochaines échéances électorales, observent avec méfiance ce qui s’y passe. Ils ne cachent pas à qui veut les entendre qu’ils préfèrent faire confiance à l’administration locale plutôt qu’à ces élus qui ne tiendront pas parole une fois devenus des parlementaires. Par contre, à El Tarf, la liste du FLN ne semble pas faire l’unanimité au sein des cadres et de certains militants.

Dans une lettre adressée au SG du parti FLN, les secrétaires de 16 kasmas sur les 24 que compte la wilaya dénoncent avec force le choix des candidats du parti. Les signataires estiment que « le bon choix des candidats qui concourront pour le poste de député n’a pas été respecté en omettant de porter des noms sur les listes des daïras de Dréan et Bouhadjar. C’est une forme de marginalisation de deux régions de la wilaya ».

En ce sens, ils annoncent qu’« ils ont décidé de geler leurs activités partisanes dans le cas où il n’y aura pas de modificatif ». Quoi qu’il en soit, il est important de savoir qu’entre les visées mercantiles de certains anciens cadres du FLN et la base militante, il existe un grand mur qu’il est temps de faire tomber. L’évidence est que le FLN est en train de faire sa mue dans la douleur et avec beaucoup de peine. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email