-- -- -- / -- -- --
Nationale

Les licences d’exportation délivrées à partir d’aujourd’hui

Les licences d’exportation délivrées à partir d’aujourd’hui

Les licences d’exportation seront délivrées à partir d’aujourd’hui, a indiqué hier le ministre du Commerce par intérim Abdemadjid Tebboune.

La liste sera connue « demain dimanche », mais l’opération se fera de manière graduelle pour toucher l’ensemble des produits concernés par les autorisations », révèle Abdelmadjid Tebboune. Ce dernier s’est défendu que le gouvernement veuille interdire les importations, qu’il s‘agisse de produits de large nécessité ou de luxe, « Il s’agit, non pas de limiter les besoins, mais juste d’éviter le gaspillage et de rationaliser les dépenses », clarifie-t-il Et de citer à ce propos des exemples : « Vous convenez que ce n’est pas normal que la facture de la mayonnaise, de la moutarde et du ketchup atteigne 200 millions de dollars annuellement », précise-t-il en ajoutant que le principe sera le même pour les voitures qui ne répondent pas aux normes de sécurité fixées dans le cahier des charges : « Ce serait plus juste d’orienter ces sommes vers le financement de priorités comme le logement , les écoles, les hôpitaux » estime Tebboune. Huit produits étaient soumis à la licence d’importation en 2017. Outre les produits soumis l’année dernière au système de licence d’importation, à savoir le ciment, le fer et les voitures, d’autres viennent s’ajouter à cette liste, entre autres les câbles, le caoutchouc et la poterie.

La liste des produits concernés par les licences d’importation et leurs quotas ont été définis le 13 février dernier lors d’une réunion interministérielle présidée par Abdelmalek Sellal. Plus de deux cents (225) licences d’importation dont 40 licences pour l’importation de véhicules, de ciment et de rond à béton ont été délivrées pour l’année 2016.

En plus de ces produits, les agrumes feront désormais également l’objet de licences d’importation, a indiqué Tebboune. Le secteur du commerce a été marqué dès le début de l’année 2016 par la mise en œuvre du dispositif des licences d’importation, une mesure décidée pour réduire la facture d’importation et relancer la production nationale dans un contexte économique difficile caractérisé par un recul drastique des revenus des exportations dans le sillage de la chute des cours du brut. Grâce à cette réglementation qui a concerné, dans une première phase, les véhicules, le ciment portland gris et le rond à béton, l’Algérie a pu économiser 6 milliards de dollars par rapport à l’année 2014, durant laquelle les importations de ces trois produits avaient enregistré un pic. Le contingent initial d’importation des véhicules avait été fixé à 152 000 unités avant d’être réduit finalement à 98 374 unités, pour clôturer l’année 2016 avec une facture d’importation d’un (1) milliard de dollars. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email