-- -- -- / -- -- --
Nationale

Les inspecteurs de l’enseignement primaire menacent

Les inspecteurs de l’enseignement primaire menacent

Les inspecteurs de l’enseignement primaire ne décolèrent pas. Ils menacent de passer à l’action pour faire valoir leur plate-forme de revendications.

Après les adjoints de l’éducation qui menacent d’observer un rassemblement le 1er décembre, ce sont les inspecteurs de l’enseignement primaire qui montent au créneau.

La commission nationale des inspecteurs de l’enseignement primaire, affiliée à l’Union nationale des personnels de l’éducation et de la formation (Unpef), qui s’est réunie le 26 novembre à Alger, a pris la décision de passer à l’action en prévoyant des mouvements de protestation.

Les inspecteurs déplorent « la marginalisation et l’injustice commises à leur égard, concernant leur classification incohérente à la catégorie 13 dans la nouvelle mouture du statut particulier « . La commission en question a déploré le fait que les inspecteurs de l’enseignement primaire soient privés de plusieurs primes, comme celle d’encadrement et celle de transport…

La Commission des inspecteurs du primaire rejette catégoriquement « la classification aberrante de leur catégorie dans la nouvelle mouture du statut particulier « .

Cet organisme syndical demande ainsi l’application de la loi fondamentale n° 49/90, qui place les inspecteurs de l’enseignement primaire et ceux de l’enseignement moyen dans le même échelon de classification, c’est-à-dire 5/16. Ainsi donc, et devant cet état de fait, cette commission demande, dans son communiqué, la classification des inspecteurs de l’enseignement primaire et ceux des enseignements moyen et secondaire au même échelon et en adéquation avec leurs qualifications.

Les inspecteurs en question demandent l’application du décret exécutif 08/315, et l’empêchement de l’opération d’inspection des inspecteurs du primaire en raison de la non-conformité avec les lois en vigueur.

Les inspecteurs de l’enseignement primaire demandent à bénéficier de la prime mensuelle pour l’utilisation de leur véhicule personnel dans leurs déplacements lors des visites de contrôle, estimée à 8 000 DA, et de bénéficier d’un logement de fonction.

Les inspecteurs du primaire n’ont pas cessé, à travers leur mouvement de protestation, de demander à la tutelle la prise en charge des dossiers exprimés, restés en suspens.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email