-- -- -- / -- -- --
Nationale

«Les idées défendues jadis par Abane sont encore celles que nous défendons »

«Les idées défendues jadis par Abane sont encore celles que nous défendons »

L’ancien chef de gouvernement et l’un des négociateurs du GPRA aux accords d’Evian, Rédha Malek, a affirmé jeudi que les principes défendus par Abane Ramdane ont contribué à l’émergence d’une Algérie moderne.

Dans une conférence tenue à la Maison de la culture Mouloud Mammeri de Tizi-Ouzou, l’orateur a estimé que, durant la guerre d’indépendance, la pensée et le rôle d’Abane Ramdane, qui continuent de faire débat aujourd’hui, « doivent être placés dans leur juste contexte « .

Il a déclaré l’avoir rencontré pour la dernière fois « au mois de décembre 1957, alors qu’il s’apprêtait à rejoindre le Maroc « , avant d’ajouter : « Je me souviens qu’il portait un costume marron et tenait une valise à la main. Il devait aller à la rencontre des autorités marocaines, pour régler avec elles une question portant sur nos frontières communes. C’est bien quelques jours plus tard que j’ai appris sa mort, provoquant sur moi-même mais aussi sur nombre des camarades un choc terrible et inoubliable. « 

Rédha Malek n’a toutefois pas évoqué les circonstances de son décès, s’étant simplement contenté de regretter qu’ »Abane soit parti tragiquement, non sans avoir néanmoins laissé derrière lui un grand héritage. »

Il a précisé que « l’homme, en tant que concepteur du Congrès de la Soummam, aura donné à la révolution une stratégie, une algérianité et surtout une nouvelle vigueur et un éclat sans précédent. Abane était aussi un combattant indomptable qui a été victime, hélas ! de son intelligence et d’une vision bien lointaine.

Pour lui, l’article consacrant « la primauté du politique sur le militaire », inséré parmi les résolutions adoptées à l’issue de ce congrès, « avait été très mal perçu par les militaires qui ne semblaient pas avoir saisi sa véritable signification et sa portée ».

À l’issue, d’ailleurs, de la réunion du CNRA (Conseil national de la révolution algérienne) du mois d’août 1957 tenue au Caire, Abane avait failli en être éjecté, nombre de participants à ce rendez-vous n’ayant pas reconnu lesdites résolutions. « 
Au demeurant, ajoute Malek, « les motifs ayant présidé à l’organisation de ce congrès, tiennent au fait qu’Abane voulait expliquer au monde l’essence même de la révolution algérienne, donnant en même temps aux combattants la force d’aller de l’avant, la victoire devant sanctionner leurs efforts, car il fallait mener de pair l’action militaire dans une parfaite symbiose avec le combat politique, particulièrement sur la scène internationale pour expliquer les raisons d’être de notre lutte pour l’indépendance.

C’était là une vision longuement mûrie à laquelle adhéraient pleinement du reste d’autres responsables, à l’instar de Larbi Ben M’hidi. »

« Maintenir confinée la révolution dans la seule voie militaire, poursuit Malek, aurait sans doute abouti à un échec cuisant, comme tel fut le cas de chacun des mouvements insurrectionnels menés au XIXe siècle. Les hommes et les femmes de Novembre, inspirés, eux, de la modernité puisqu’ils avaient connu et côtoyé divers peuples du monde, ont su mettre à profit les concepts modernes pour mener le peuple algérien vers la victoire.

Et Abane avait compris tout cela pour en faire une ligne de conduite, dont nous connaissons aujourd’hui l’ampleur des résultats, puisque la révolution algérienne, devenue une référence mondiale, a fait depuis des émules. » Faisant enfin appel à sa mémoire, le conférencier raconte diverses anecdotes mettant en relief l’esprit visionnaire d’Abane Ramdane, qui avait impulsé les fondements de la révolution algérienne.

« Vous n’avez vraiment rien compris à la révolution algérienne », assenait-il aux journalistes français, restés trop imbus de la propagande colonialiste. Redha Malek a enfin mis à profit l’entrée impromptue des élèves du CEM voisin, venus en masse pour l’entendre, pour plaider en faveur d’un apprentissage étendu de l’histoire du pays, et tout particulièrement de la lutte de libération, en faveur des générations montantes.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email