-- -- -- / -- -- --
Nationale

Les hôpitaux se préparent pour la campagne de vaccination

Les hôpitaux se préparent pour la campagne de vaccination

La campagne de vaccination contre la Covid-19 devrait commencer incessamment. Après avoir fait le choix du vaccin et en attendant l’arrivée de la commande lancée par l’Algérie, l’heure est à la préparation de cette campagne de vaccination dans les structures hospitalières, laquelle devrait être précédée d’une campagne de sensibilisation. Une étape importante pour la réussite de l’opération de vaccination contre la Covid-19.

Dans son intervention sur les ondes de la Chaîne 3, le Pr Rachid Belhadj, directeur des activités médicales et paramédicales au CHU Mustapha, a fait part des préparatifs de la campagne de vaccination contre la Covid-19, qui devrait débuter incessamment. Selon lui, les préparatifs vont bon train, du moins au niveau de cet hôpital de référence de la capitale. Après neuf mois de lutte contre ce virus, «cette étape est très attendue par tous». L’heure est donc à la préparation, a affirmé le Pr Belhadj, qui souligne l’expérience de l’Algérie en matière de vaccination. Ainsi, le CHU Mustapha compte mobiliser tous les moyens humains et matériels nécessaires pour réussir cette opération. «Au CHU Mustapha, nous nous sommes préparés pour mieux gérer cette opération», a-t-il indiqué, mettant en avant les moyens de l’hôpital. En matière de conservation, l’hôpital est doté, a-t-il précisé, de «beaucoup de moyens de conservation avec des températures de 2 à 8 degrés Celsius». Sur le plan humain, l’intervenant a affirmé que le personnel sera mobilisé et que plus de 100 personnes sont déjà dédiées à cette opération de vaccination. Les services dédiés à la vaccination sont prêts pour la première phase et pour le rappel, sachant que le Spoutnik V, pour lequel l’Algérie a opté, nécessite une double vaccination, avec un intervalle de trois semaines. Pour une gestion optimale de la vaccination, le Pr Belhadj a évoqué la possibilité de numériser les dossiers de vaccination. «Nous sommes en train de réfléchir afin d’aller vers la numérisation. Chaque malade qui va être vacciné va disposer d’un dossier électronique où toutes les informations relatives à la vaccination seront mentionnées, garantissant ainsi le suivi et la surveillance après l’acte», a expliqué le directeur des activités médicales et paramédicales au CHU Mustapha. Soulignant l’importance de la vaccination, laquelle est le meilleur traitement contre le coronavirus en sus de la prévention, l’invité de la rédaction de la Chaîne 3 a signalé la priorité d’une catégorie de personnes. Il met en avant celle des plus vulnérables, à l’instar des personnes souffrant de maladies chroniques, comme le diabète, l’asthme, l’obésité ou l’hypertension artérielle, lesquelles ont eu à payer le plus lourd tribut durant cette pandémie. Interrogé sur le caractère non obligatoire de la vaccination, il a fait remarquer que se faire vacciner ou non relève du libre choix de chacun. Il a estimé, cependant, que lorsqu’il s’agit de protéger d’autres personnes, la raison, la sécurité sanitaire et les données scientifiques imposent d’accepter le vaccin. Pour faire adhérer la population à cette campagne de vaccination, il a préconisé de la faire précéder d’une campagne de sensibilisation, comme cela se fait avec d’autres opérations de vaccination. Concernant les éventuels effets secondaires du Spoutnik V, le Pr Belhadj, lequel se fie à l’expérience des pays qui utilisent déjà ce vaccin, a affirmé que «pour le moment, il n’y a pas d’écrits scientifiques qui signalent le risque vaccinal important. Pour le moment, ça se passe très bien dans pas mal de pays qui ont commencé à utiliser ce vaccin».

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email