-- -- -- / -- -- --
Sports

Les Hamraoua déjà dans la tourmente

Les Hamraoua déjà  dans la tourmente

En dépit des changements opérés durant l’intersaison avec l’intronisation d’un nouveau président et le retour à la barre technique d’un enfant du club Cherif El -Ouazani, le MCO revit les mêmes problèmes des saisons précédentes. Les luttes intestines persistent et les performances de l’équipe s’en ressentent.

Le constat amer est là du moment que le club phare de l’Ouest traverse une crise de résultats matérialisée par trois défaites pour une seule victoire, et ce au terme de quatre journées. Des statistiques qui font craindre une autre saison cauchemardesque où la formation d’El-Bahia ne ferait qu’assurer de justesse le maintien parmi l’élite. D’ailleurs, chez nous, lorsque les résultats ne suivent pas, on pointe du doigt l’entraîneur qui, automatiquement, se retrouve sur un siège éjectable. Vraisemblablement, l’ex-coach de l’Arba pourrait être la deuxième victime après le limogeage masqué de l’entraîneur de la JSS, Alain Michel.

CEO est-il responsable ?

Tout le monde sait que le recrutement se fait par les présidents, sans l’implication de l’entraîneur ou, à défaut, d’une cellule de recrutement, comme cela se passe dans les clubs professionnels au sens propre du terme. Ce paradoxe mettrait l’entraîneur en chef dans une situation embarrassante surtout si le potentiel qu’il a entre ses mains n’est pas performant.

Mais bien évidemment si l’équipe n’est pas compétitive c’est toujours le head coach qui est tenu pour seul responsable des mauvais résultats. Dans un autre registre, il est clair que les critiques visent à remettre en cause les compétences de l’entraîneur. Or CEO, lors de l’édition dernière, a réussi un parcours exceptionnel avec la formation d’Ezzarga, qui a séduit non seulement par ses performances mais aussi par la manière de jouer. L’équipe d’El-Hamri est otage de luttes intestines dans la gestion et, par voie de conséquence, le problème est vraiment, grave.

Son limogeage est-il la solution ?

Aux dernières nouvelles, le président du MCO envisagerait de mettre fin aux fonctions de l’entraîneur des Rouge et Blanc, Cherif El-Ouazani, pour mauvais résultats. Des contacts auraient pris avec quelques entraîneurs susceptibles de prendre le relais. La question qui se pose est de savoir si CEO venait à quitter le navire des Hamraoua, ce dernier serait-il en mesure de redresser la barre. Pour y répondre, il suffit de se souvenir de l’exercice écoulé. Les responsables du club phare de l’Ouest avait en effet connu une valse de techniciens qui se sont relayés à la tête de l’équipe, pourtant, cette dernière avait sombré dans la spirale des mauvais résultats. Il a fallu attendre la venue de Belatoui, un enfant du club, pour la sauver l’équipe du purgatoire. Mais au final, ce dernier n’a pas été retenu pour continuer sa mission. Il semble qu’il est plus sensé de prôner la stabilité, qui reste la clé de la réussite. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email