-- -- -- / -- -- --
Nationale

Les grandes promesses de l’arboriculture

Les grandes promesses de l’arboriculture

La filière de l’arboriculture connaît une progression croissante depuis les vingt dernières années, passant de 4 523 370 quintaux (qx) en 2000 à 16 892 480 qx en 2018, pour afficher ainsi un taux d’amélioration de 273%.

Ces chiffres ont été avancés ce mardi par le ministre de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, Abdelkader Bouazghi, lors d’une rencontre nationale sur la campagne arboricole 2017/2018 au siège du ministère. Il a indiqué à ce titre que ce rebond est la conséquence directe de l’augmentation de la surface réservée aux arbres fruitiers toutes sortes confondues, qui est de l’ordre de 262 000 hectares pour représenter 3% de la surface agricole utile (SAU). Quant à la valeur économique de la quantité récoltée cette année, Bouazghi a fait part de 197,8 milliards de dinars, contre 121,6 mds en 2010, soit une augmentation de 63%. De ce fait, les résultats obtenus dans cette filière permettront à chaque consommateur algérien de jouir d’une ration de 40,3 kg de fruits par an. Une prolifération, estime le ministre, qui couvre toute la demande nationale. 

Concernant l’exportation des produits arboricoles, l’Algérie a pu exporter en 2017 quelque 409 tonnes de fruits à noyau et ceux à pépins, principalement vers la Thaïlande, l’Espagne, le Vietnam et la Russie. Le premier responsable du secteur de l’agriculture a fait observer que la filière arboricole se caractérise par une grande diversité grâce au climat favorable et au potentiel naturel dont dispose notre pays, ce qui lui confère une place non négligeable dans le système agricole national. Dans ces résultats satisfaisants, considère-t-il, l’arboriculture joue un rôle multidimensionnel en contribuant à concrétiser une autosuffisance en matière de fruits frais et transformés. Elle pourrait également fournir la matière première en vue de développer l’industrie agroalimentaire, tout en visant à placer nos produits sur les marchés extérieurs, notamment africain, précise le ministre devant les cadres de son département et les directeurs de l’agriculture.

Par ailleurs, le directeur central chargé de la régulation et du développement agricole auprès du ministère de l’Agriculture, Mohamed Kheroubi, a indiqué que cette rencontre nationale sera consacrée aussi au débat autour de la création des conseils multi professionnels dédiés à la filière arboricole au niveau des wilayas, ainsi que toute les actions permettant la relance véritable de ce segment.

Il s’agit, explique-t-il, de développer la production arboricole en termes de quantité aux fins d’atteindre 22 millions de quintaux en 2022, tout en introduisant de nouvelles espèces tels le kiwi et la banane. Kheroubi a signifié dans ce sillage que les efforts déployés par le département de l’Agriculture pour accompagner les agriculteurs concernent la mécanisation de l’activité agricole et l’économie de l’eau destinée à l’irrigation, ainsi que l’assistance technique aux équipes activant à l’échelle locale dans ce domaine. Une mobilisation qui touchera, soutient-il, tant les producteurs que les pépiniéristes.

Car ces derniers constituent un maillon très important dans la chaîne globale de ce genre de culture. Citant dans ce sens que sept millions de plants ont été importés en 2017/2018 sans compter un nombre de 8 millions produits par nos pépinières. L’intervenant a tenu à clarifier que les services de l’agriculture tendent à perfectionner la qualité des fruits produits en encourageant les investisseurs privés désirant impulser cette filière stratégique et très prometteuse dans notre pays.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email