-- -- -- / -- -- --
Monde

Les grandes crises de l’heure au menu d’un mini-sommet à Hanovre

Les grandes crises de l’heure au menu d’un mini-sommet à Hanovre

Barack Obama a prononcé hier un discours en Allemagne sur les relations transatlantiques et a invité les principaux dirigeants européens à un mini-sommet, au moment où Washington s’inquiète de l’affaiblissement de l’UE face aux crises multiples.

Le président américain a achevé à Hanovre (nord) une visite de deux jours en Allemagne, dernière étape d’un périple qui l’a d’abord conduit en Arabie saoudite pour tenter de rassurer les monarchies du Golfe, inquiètes du réchauffement des rapports entre les Etats-Unis et l’Iran, puis au Royaume-Uni où il a mis en garde contre une sortie du pays de l’Union européenne.

La fragilisation de l’Europe face aux multiples défis auxquels elle est confrontée constitue une source d’inquiétude croissante pour l’Administration américaine : outre l’éventualité d’un « Brexit » (sortie de la Grande-Bretagne de l’UE), la crise migratoire, qui trouve sa source notamment dans les conflits en Syrie et en Libye, la menace terroriste de l’organisation terroriste Etat islamique (EI), la situation toujours instable en Ukraine ou encore la morosité économique persistante sur le continent.

Ces thèmes ont été abordés dans le discours prononcé par le président Obama en fin de matinée dans le cadre de la foire industrielle de Hanovre, puis lors d’une réunion dans l’après-midi avec son hôte, la chancelière Angela Merkel, ainsi qu’avec les chefs de gouvernement britannique et italien, David Cameron et Matteo Renzi, et le président français, François Hollande.

La réunion des cinq dirigeants a été mise sur pied à l’initiative du président américain, souligne-t-on dans son entourage. Elle intervient à l’occasion de ce qui s’annonce comme son avant-dernier déplacement en Europe en tant que chef d’Etat, avant le sommet de l’Otan, en juillet, à Varsovie. Barack Obama n’arrive pas les mains vides à cette rencontre.

Il devrait annoncer l’envoi d’environ 250 instructeurs supplémentaires de l’armée américaine en Syrie pour former et assister les forces rebelles modérées (sic), a indiqué dimanche soir un haut responsable américain sous couvert de l’anonymat.

Ce renfort entre dans le cadre d’une « série de mesures visant à accroître le soutien » des Etats-Unis auprès de ses « partenaires dans la région », en Syrie et en Irak, en lutte notamment contre l’EI, selon ce haut responsable.

Le président Obama a toutefois rejeté l’idée d’envoyer des troupes américaines combattre au sol en Syrie ou d’instaurer par la force des zones de protection pour les civils.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email