-- -- -- / -- -- --
Culture

Les fantômes de Beni-Haoua: Quand rôde l’ombre de Lady ‘’Di’’

Les fantômes de Beni-Haoua: Quand rôde l’ombre de Lady ‘’Di’’

A Beni Haoua, petit bourg côtier paisible entre Ténès et Cherchell, à quelques 200 km à l’ouest d’Alger, les fantômes ont la peau dure: la vraie-fausse légende de mama binette. Cette nonne échouée sur les ”côtes de Barbarie’‘, alors que son bateau cinglait vers les Amériques, hante toujours les campings des vacanciers (1).

La mer est calme. ”Une mer d’huile”, que redoutaient les marins d’antan qui utilisaient la voile. Beni haoua, en ce jeudi 28 août 2014, offre ce qu’elle a à ses vacanciers. Très peu en fait, avec ses figuiers, ses produits agricoles du terroir comme le miel, le ”smen” (beurre rance), ou le muscat”, l’un des raisins de table les plus prisés de la région. Et puis, il y a le poisson, la belle sardine, et des crevettes à faire rougir les ”grands chefs”.

Beaucoup de chômage ici à Béni Haoua, la seule usine du village, qui faisait de la confiture de figues et accessoirement des champignons de Paris, a fermé. Depuis un moment déjà, raconte Abderrahmane, agent de la recette communale.

Port et plage de Beni Houa

Au petit port de pêche, quelques petits emplois, accessoires, jamais permanents. ”Ici, tout est vécu au jour le jour. Le chômage est important, car très peu d’opportunités d’emplois sont offertes”, explique t-il. Beni Haoua, daira dépendant de la wilaya de Chlef, anciennement ”Francis Garnier”, attire pourtant en été les vacanciers, qui lui procurent de quoi survivre jusqu’à la prochaine saison estivale.

Mama Binette, une légende qui fait vivre
Quand le soir descend sur les campings, et que les lanternes s’allument, on se raconte des histoires. Dont celle de ”mama binette”, ou ”Ima B’nette” (mère des filles) une prétendue nonne échouée avec six autres et le reste d’une expédition vers les Amériques. La légende voudrait qu’elle ait été prise pour femme par le chef du village. Aujourd’hui, on lui a construit un mausolée, comme un marabout, sur les hauteurs du village, et que les passagers visitent.

Mausolée de Beni Haoua

En fait, ”rien de tout cela n’est vrai”, me racontait le père Yahia, que j’ai vu pour la dernière fois au Diocèse d’Alger, Rue Bachir El Ibrahimi à El Biar. Le père Yahia a vécu de très nombreuses années à Bissa, sur les hauteurs de Beni Haoua; c’était un ”Père blanc”. Il y enseignait, avec un autre père blanc, Bruno, l’arabe et le français. La haut sur la montagne, où il neige en hiver, ils cultivaient des petits pois, de la tomate et avaient un merveilleux potager, selon les témoignages des gens de Ténès. ”Il n’y a jamais eu de nonne ou de religieuse dans ce navire qui a échoué près de Beni haoua”, m’avait-il un jour expliqué.

Pour me convaincre, il me fit une copie d’un gros dossier, qui contenait, entre autres, la lettre de Napoléon Bonaparte au Dey Mustapha, dans laquelle le 1er Consul de France demandait des explications au Dey d’Alger sur les soldats morts et les disparus d’un navire de guerre, le Banel, qui s’était échoué près de la baie des Souilias, à quelques km de Beni haoua, sur la route de Ténés; cela se passait le 28 janvier 1802. ”Non, il n’y avait pas de religieuses dans ce bateau, plein de soldats, dont la destination était Saint Domingue”, poursuit Bruno. Et il me livre le secret de cette légende: ”en fait, c’est l’ex-SG de la mairie de Beni Haoua, Mokrane, qui a fait courir cette histoire pour attirer les touristes”.

Une stèle en l’honneur des “filles” naufragées.

Le Banel, un navire vénitien pris par Bonaparte à l’arsenal Vénitien en 1796 lors de sa campagne d’Italie, s’était échoué par gros temps sur les hauts fonds de Oued Goussine, tout près du rivage. L’ancre de ce navire est toujours là, près du rocher de Kiouane. Beni Haoua est derrière, à plus de 15 km.

Du Badminton pour Lady Diana

Et puis, il y a cette autre histoire, moins connue, mais vraie celle là. Celle de Lady Diana, morte sous le pont de l’Alma, à Paris,  le 31  août 1997.
C’était au printemps 1982, pendant le voyage de noces de cette roturière, qui n’a en fait jamais pu capter l’attention de la Mère-reine de Grande Bretagne. ”Le couple princier a mis pied à terre sur la plus belle des criques de Beni Haoua, à moins de 2 km du village, en venant de Damous”, me raconte Maamar, dentiste de son état. ”Avec le Prince Charles, ils étaient venus en canot pneumatique sur la petite plage de galets, avaient pris un moment de détente en jouant au badminton. Il y avait beaucoup de gardes du corps, et le bateau du Principe mouillait à moins d’un mile. Ils étaient venus en embarcation rapide, m’avait raconté alors ce dentiste qui avait effectué son service civil à l’hôpital de Damous.

Smail Hamdani, ancien chef de gouvernement du temps de feu Chadli Bendjedid, avait confirmé cette brève escale printanière de Lady ”Di” sur une plage d’Algérie, lors d’un forum du journal El Moudjahid au début des années 2000. Avec le massif du Dahra dans le dos, et les anciennes mines de Breira d’où partaient vers les années 40-50 le fer, le plomb et le cuivre vers la France et même au Chili, et le port de pêche, Beni Haoua reste ce gros bourg de 10.000 habitants, qui ne se réveille qu’en été.

Une dernière avant l’extinction des feux
Pourtant, des histoires cachées, mystérieuses, il y en a dans cette région où il n’ y a pas grand monde en hiver. Comme cette ancienne mine de Breira (12 km au sud du village), d’où était extrait dans les années 1900 et bien avant de l’excellent minerai de fer. Les roues des locomotives ”BB9004” et ”CC 71017”, qui ont pulvérisé le 28 et 29 mars 1955 le record du monde de vitesse (331 km/heure) sur une ligne droite dans les Landes, ont été coulées dans du minerai de fer provenant de cette mine.

Et, puis, il y a aussi pour ces vacanciers avides d’histoires merveilleuses tirées de la saga de la région, cette vérité qui veut que le fer utilisé pour l’ossature de la Tour Eiffel a été fabriqué en Lorraine à partir de minerai provenant des mines d’Algérie, du Zaccar (MIliana), de Rouina et probablement de Breira.

Pour remercier les mineurs de la région, Gustave Eiffel a offert une horloge aux villageois de Carnot, l’actuel El Abadia, dans la wilaya de Ain Defla. Beni Haoua n’a pas beaucoup de légendes à raconter à ses touristes de passage, pour qu’ils reviennent l’été d’après. Alors il faut, parfois, en inventer une. Cela fait rêver, et permet de gagner assez d’agent pour faire vivre les gens d’ici durant la longue période hivernale, quand le vent souffle et que les vagues empêchent les gens de mer de sortir.

1- Parution prochaine de ‘’Mama Binette’’ (Harragas françaises naufragées au cap Ténès). Edition El Qobya. Alger.

Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email