-- -- -- / -- -- --
Nationale

Les étudiants dans la rue pour s’opposer au 5e mandat

Les étudiants dans la rue pour s’opposer au 5e mandat

Les manifestations des étudiants dans les rues d’Alger ont été interdites par la police, les forces de sécurité évitant au maximum de recourir à la force. Malgré un dispositif impressionnant, les CRS paraissaient toutefois dépassés par ces multiples « sites de contestation ». A Bouzaréah, les étudiants ont réussi à sortir de la faculté par un accès secondaire non surveillé par les policiers (le parking de la fac). Le portail principal était bouclé par la police pour empêcher les étudiants de sortir vers la rue. Les correspondants sur place ont constaté qu’ils investissaient la rue actuellement vers 11h50. Il en est de même pour les étudiants de la faculté de droit d’Alger qui étaient en dehors du campus pour manifester quasiment à la frontière de l’autoroute d’à côté.

Bien avant, vers 11h30, des étudiants d’Alger-centre battaient le pavé au niveau du tunnel des facultés et de l’avenue du docteur Saâdane. La police tentait de les évacuer sans les réprimer. A la faculté centrale, à Bouzaréah, à la faculté de médecine, à l’Ecole supérieure de journalisme…les accès ont été bloqués. Ainsi, la quasi-totalité des facultés et écoles supérieures d’Alger ont organisé des manifestations : USTHB Bab Ezzouar, faculté de médecine Ziania, Epau d’El-harrach, etc. Un important dispositif policier était déployé autour des manfestants d’Alger-Centre, les « simples citoyens » ayant été empêchés de rejoindre la marche et de filmer. La rue Didouche-Mourad (le cœur d’Alger) a été investie, vers 13 heures, par un flux important d’étudiants et de lycéens venus de plusieurs établissements d’Alger. Les manifestants, sans rien casser, ont été encadrés puis dispersés sans violence par la police. Les mêmes slogans étaient entonnés par les étudiants à savoir : « silmia…silmia… ! » (pacifique…pacifique… ! ) et « douwla ou chaâb khawa khawa” ( Non au 5e mandat ! ).

À El Harrach, les étudiants des grandes écoles (Epau, Polytechnique, Ina…) sont sortis dans la rue pour marcher en direction de Bab-Ezzouar. Ahmed Ouyahia a réagi avant-hier devant les députés pour la première fois aux marches contre le cinquième mandat. « Un nombre important de citoyens sont sortis dans la rue dans plusieurs villes du pays, notamment vendredi dernier. Je rappelle que la Constitution garantit aux citoyens le droit du rassemblement pacifique dans le cadre de la loi. Dieu merci, toutes ces marches ont été pacifiques », avait déclaré le Premier ministre lors de la présentation de la déclaration de politique générale du gouvernement devant l’APN.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email