-- -- -- / -- -- --
Nationale

Les entreprises de l’agroalimentaire en rangs serrés

Les entreprises de l’agroalimentaire en rangs serrés

Pour pénétrer les marchés étrangers en force, les entreprises de l’industrie alimentaire comptent agir ensemble en s’organisant par filière en consortiums d’exportation.

Deux consortiums ont été créés. Il s’agit du groupement interprofessionnel des protéines animales GIPA et du groupement Algeria agro-cereal (AAC), alors qu’un troisième consortium dans la filière boissons est en cours de création.

Le consortium GIPA regroupe huit entreprises spécialisées surtout dans la transformation de viandes, de poissons et de produits laitiers, et le consortium AAC compte 12 entreprises activant notamment dans la production de pâtes et de farine.

L’idée des consortiums, groupement d’intérêt économique, sans capital, a été initiée en 2012 par le ministère de l’Industrie et des Mines en partenariat avec l’Organisation des Nations unies pour le développement industriel (ONUDI) et l’ambassade de France à Alger, qui a financé le projet avec 400 000 euros. 

« Le programme cible en premier lieu les entreprises moyennes disposant d’un potentiel et de parts de marché », a déclaré hier le représentant de l’ONUDI en Algérie, Guillermo Jimenez, lors d’une rencontre sur le projet de création et de développement de consortiums d’exportation.

Il a assuré que les consortiums d’exportation ont fait leur preuves ailleurs en expliquant qu’il s’agit d’une alliance volontaire d’entreprises d’une même activité dont l’objectif est de promouvoir les biens et services de ses membres à l’étranger et de faciliter l’exportation de leurs produits grâce à des plans d’action commune. Il a expliqué que l’appui de l’ONUDI et de l’ambassade de France à ce programme consiste à fournir aux entreprises l’expertise nécessaire à la création de consortium et faire bénéficier les chefs d’entreprises de formation, dans l’objectif d’optimiser leurs ressources et d’accroître leur chiffre d’affaires.

Quant aux choix de la filière agroalimentaire pour ce programme de consortium d’exportation, la secrétaire générale du ministère, Rabéa Kharfi, a expliqué que le secteur agroalimentaire détient la première place dans la liste des exportations hors hydrocarbures qui ont totalisé un milliard de dollars en 2013.

Elle a ajouté que la marge de progrès pour ce secteur est très large compte tenu de ses potentialités. « Le secteur dépasse 50 % du portefeuille de la production industrielle du pays ; il compte 20 000 entreprises et plus de 150 000 emplois, soit 40 % de la population active industrielle », a-t-elle argué.

Elle a affirmé que le secteur cumule actuellement un savoir-faire commercial et technologique avéré. Plus de 80 entreprises ont été sensibilisées pour adhérer au programme de consortium d’exportation, ainsi que des ministères et institutions en charge de la promotion des exportations, notamment la Chambre algérienne de commerce et d’industrie (CACI) et l’Agence nationale de promotion du commerce extérieur (ALGEX), a indiqué de son côté Ali Saci, cadre au ministère de l’Industrie. « Cette démarche participative et volontaire » devrait être élargie à d’autres secteurs d’activité, a-t-il estimé. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email