-- -- -- / -- -- --
Nationale

Les entreprises «contrôlées» tenues d’appliquer ses recommandations

Les entreprises «contrôlées» tenues d’appliquer ses recommandations

Longtemps occultée, la Cour des comptes se résout à renforcer son rôle de « contrôleur suprême », chargé par les plus hautes autorités du pays de passer au peigne fin la gestion des deniers publics.

Mais il faut encore attendre jusqu’à l’année prochaine pour que le processus de contrôle soit effectivement opérationnel. C’est par la voix de son président, Abdelkader Benmarouf, que cette institution, dépendant directement du président de la République, annonce son retour « effectif » aux affaires. 

Même si la Cour des comptes, créée sous la présidence du défunt Chadli Bendjedid, n’a jamais chômé, établissant chaque année un rapport sur les finances publiques, il n’en demeure pas moins que cette institution s’est éclipsée, du moins au plan communicationnel, de la scène nationale.

On se souvient qu’il y a quelques années, ses rapports faisaient trembler plus d’un, notamment en ce qui concerne la gestion des marchés publics.

La Cour des comptes, dotée d’instruments constitutionnels à même de lui conférer une indépendance totale et ne répondant qu’au président de la République, reprendra bientôt le rôle qu’il lui échoit. Ainsi, ses « jugements », qualifiés en fait de « recommandations », seront bel et bien appliqués.

Selon son président, Abdelkader Benmarouf, il est question, dès l’année 2018, de mettre en place une commission chargée de la mise en œuvre par les entreprises des recommandations de la Cour des comptes.

« La dynamique continue en matière d’amélioration de la mission de contrôle », a annoncé M. Benmarouf qui répondait aux questions des membres de la commission des finances et du budget de l’APN.

Abdelkader Benmarouf, reconnaissant implicitement que son institution manque d’agressivité sur le terrain du contrôle, n’a pas caché le fait que la Cour des comptes ne regroupe que 150 magistrats et 50 auditeurs.

« Ce qui dénote un déficit dans les ressources humaines », a-t-il soutenu en réponse aux questions des membres de la commission sur les ressources matérielles et humaines dont dispose la Cour des comptes pour assurer sa mission de contrôle.

Elle effectue près de 1 000 opérations de contrôle par an, dont des opérations de révision des comptes (700 opérations), 3 000 opérations de contrôle de la qualité de gestion, ce qui permettra l’élaboration du rapport annuel, dont une copie sera remise au président de la République, une autre au Premier ministre et enfin une dernière aux présidents des deux chambres du Parlement.

L’intervenant a estimé nécessaire de publier le rapport pour le grand public en vue de conférer davantage de transparence à l’action de l’Etat.

Exposant le rapport d’évaluation de la Cour des comptes sur le projet de loi de régulation du budget 2014, M. Benmarouf a indiqué que les engagements prévus dans le budget de l’Etat sont basés sur des objectifs et destinés à l’achèvement du programme quinquennal 2010-2014 ainsi qu’au soutien des grands équilibres budgétaires à travers la mobilisation des moyens financiers grâce à la rationalisation des dépenses. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email